Nous nous écartons le plus possible de la route avant que les avions ne soient sur nous, nous avons trouvé refuge sous un grand sapin, nous sommes quinze à vingt personnes couchées sous ce sapin lorsque les avions font leur premier passage à très basse altitude dans un fracas étourdissant. Le bruit des moteurs est couvert par le hurlement des sirènes des Stukas et la crépitement des mitralleuses auquel succède immédiatement l'explosion des bombes. Chacun autour de l'arbre se fait le plus plat posible, sauf la bouchère du village et sa fille qui, à genoux, récitent à haute voix toutes les prières qui leur viennent aux lèvres ! Cette litanie énerve une femme qui leur crie :"Mais taisez-vous donc, ils vont nous entendre ! " ILS, c'est bien sûr les pilotes! … dans le bruit qui nous environne , cette remarque incongrue déclanche un éclat de rire général. Mais ce rire se fige aussitôt sous une avalanche d'aiguilles de sapin cisaillées par les balles de mitrailleuse … Du coup, nos deux orantes font silence et s'étalent à plat vendre elles aussi .. Encore des explosions, une dernière rafale de mitrailleuse et c'est le silence. Un silence pesant que personne n'ose rompre … Après quelques instants tout le monde se relève et revient sur la route ….