1151135280.jpgDe mars à septembre 2018, Loïc Prud'homme, député France insoumise préside une commission d'enquête parlementaire sur l’alimentation industrielle : qualité nutritionnelle, rôle dans l’émergence de pathologies chroniques, impact social et environnemental de sa provenance. Le rapport de cette commission a abouti en février 2019 à l'adoption d'une loi, initialement destinée à protéger la population contre la malbouffe, mais largement amputée par la majorité présidentielle (LREM). En effet, ne reste comme mesure principale que l'affichage du Nutri-score sur la publicité. L'association foodwatch dénonce la suppression d'un article prévoyant l'interdiction de la publicité et du marketing à destination des enfants pour leur donner envie de manger des aliments trop sucrés, trop gras et/ou trop salés.
Il suffit de voir comment le gouvernement fait l'impossible pour retarder l'interdiction de l'utilisation du glyphosate pour comprendre de qui il défend les intérêts.
La "société d'après le coronavirus", cher à tous nos politiques, c'est peut être aussi rendre abordable une meilleure alimentation pour tous en cessant de préférer les intérêts des lobbies agro-alimentaires aux intérêts de la santé publique. "La vie après le 11 mai ne sera pas la même" Cette affirmation d' Edouard Philippe, malheureusement sonne à nos oreilles comme une interrogation qui en appelle une autre: Pourquoi serait elle différente ?