Le glyphosate, selon des études indépendantes, est un perturbateur endocrinien qui affecte toutes les glandes hormonales, hypothalamus, hypophyse, thyroïde, ovaires, testicules, glandes surrénales…et est à l’origine de pathologies lourdes comme des cancers, des maladies neurodégénératives, des troubles de la procréation, des malformations néonatales, des allergies, de l’autisme, du diabète, de l’obésité, etc. Il est interdit à la vente pour les particuliers depuis janvier 2019, mais autorisé pour les agriculteurs et les entreprises qui entretiennent, notamment, les parcs et jardins de …particuliers très aisés, l’Assemblée nationale dominée par LREM ayant refusé d’inscrire son interdiction dans la loi en septembre 2018.

Le journaliste du New York Times, Nathaniel Rich rappelait dernièrement qu’aux Etats Unis, des scientifiques de premier plan et des élus démocrates et républicains « avaient appelé dans les années 1980 à des mesures urgentes, immédiates et ambitieuses » pour le climat, mesures écartées par Ronald Reagan puis George Bush père, et concluait : « Presque tout ce que nous comprenons du changement climatique était compris en 1979 ». Comme pour l’amiante dont les dangers pour l’homme avaient été dénoncés dés le début du 20ème siècle.
Nathaniel Rich avance une explication anthropologique au déni face aux activités humaines menaçant la planète et la survie même de l’espèce : l’humanité serait obsédée par le présent et incapable de prendre en compte l’avenir lointain. C’est juste si l’on restreint l’humanité à ce qu’elle tend à devenir uniformément de par la propagation du modèle consumériste occidental. Ce ne l’est pas si l’on considère que cette obsession n’est pas une donnée ontologique, comme le démontrent l’existence d’autres civilisations par le passé (Le Moyen-Age en Europe), et la résistance de civilisations menacées aujourd’hui (Indiens d’Amazonie, Esquimaux, Indiens d'Amérique…) pour lesquelles l’homme s’inscrit dans une lignée mais aussi dans une chaîne du vivant.

Dimanche dernier, les listes écologistes ont enregistré en Europe des résultats en nette progression, manifestation d’une prise de conscience élargie, notamment en Allemagne (22%), en Finlande (15,8%), en Irlande (15%), en France (13,5% pour EELV), en Belgique avec le parti vert francophone Ecolo (12,37%), mais aussi aux Pays Bas, en Autriche, au Portugal. Reste à savoir si cela aura une incidence sur une Politique Agricole Commune productiviste, responsable de la mort des sols, de la pollution des eaux, d’émissions de gaz à effet de serre (un quart des émissions mondiales), et de la baisse vertigineuse du nombre d’agriculteurs (des intrants, pas de main d’œuvre), compte tenu de l'attentisme jusqu'à présent de Merkel et Macron à ce sujet, ce dernier ne manifestant un intérêt pour l’écologie qu’en période électorale.
En France, LFI, seul mouvement non spécifiquement écologiste ayant présenté depuis la présidentielle un programme en rapport avec l’urgence climatique et environnementale, a vu partie de ses électeurs de la présidentielle voter ce dimanche pour les listes écologistes. Mais son discours depuis plus de deux ans a participé à l’imprégnation de la société.
Chez les gilets jaunes, on voudrait croire, en dépit d'un score emblématique de deux fois 0,5%, que le mouvement a été utile, mais on ne peut cacher son inquiétude à l’idée que Francis Lalanne retourne à ses premières amours en consacrant un disque à l'aventure : « Je suis tout seul...».