20190510_203439_resized.jpg
Et on ne peut s'empêcher de penser à toutes ces grandes surfaces recouvrant la nourriture qu'ils jettent, de produit les rendant incomestibles, on ne peut s'empêcher de penser à ces fast-food licenciant des salariés pour avoir donné un hamburger qui leur revenait, à qui avait faim. On ne peut ressentir qu'un dégoût profond à l'encontre de ce patronat abject qui affiche une violence sociale criminelle. 20190510_202826_resized.jpgMonsieur Bulle, un poète, un monsieur très doux qui fait des bulles de savons en l'air, effigie du mouvement, pacifiste tabassé au sol par plusieurs représentants de l'ordre. Ces forces de l'ordre qui au lieu de protéger le citoyen, protège un système fondé sur les injustices sociales. Oui le film de Ruffin réhabilite des manifestants qui demandent que le riches vivent un peu plus simplement que pour les pauvres puissent simplement vivre ! on y voit des gens en très grande détresse, des "improductifs" selon la loi du marché, oubliés car chez Macron et ses complices, Monsieur, "chez ces gens là, monsieur, on ne cause pas, on compte!"
20190510_215252_resized.jpg Donnez leur les moyens de vivre dignement et ils seront le moteur d'une économie florissante car ils manquent de tout sauf de cœur. Un film qui vous rend muet, vous assomme devant les conséquences de l'exploitation patronale ultra libérale appelée cyniquement flexibilité du travail (contrats courts, heures sup. non payées, horaires à la carte, salaires ne permettant que de survivre jusqu'au 20 de chaque mois qui criminalise ceux qui en sont victimes….)Les violences policières, l'acharnement des forces de l'ordre à frapper sauvagement les manifestants ne sont pas des bavures mais l'expression politique d'un gouvernement réactionnaire qui exprime sa volonté de casser la volonté des manifestants.20190510_215234_resized.jpg c'est d'un mépris incroyable. Macron et ses complices qui applaudissent les éborgneurs, Macron, fils spirituel de thiers, le boucher de la commune de Paris est une verrue qui fait Honte au siècle des lumières. Macron qui combat les pauvres et ne combat pas la pauvreté, insulte la mémoire de Voltaire, Hugo et Zola. Macron pour qui être pauvre est un crime, ne tardera pas à faire disparaitre des programmes scolaires la mémoire de ces grands hommes," d'horribles esprits subversifs", de dangereux terroristes qui le vomissent en hurlant LIBERTE EGALITE FRATERNITE à son visage et qui sont le cauchemar de la sphère macronpatronafinancière.
A quand les premiers autodafé?
20190510_215257_resized.jpg on commence par salir la mémoire des justes, puis on brule des livres, et on finit par bruler les improductifs.
Mais, qu'ils se méfient le Macron et ses complices car ils pourront couper toutes les fleurs qu'ils veulent, ils n'empêcheront jamais le printemps d'arriver !
du_soleil.jpg