À gauche, devant un autel consacré à Marie, en tout point semblable à celui dédié à Saint Jean-Baptiste, on remarque une statue polychrome en tilleul de la Vierge tenant dans ses bras l’enfant Jésus. Cette précieuse statue a été volée dans les années 1980 et n’a pas été retrouvée (des petits objets liturgiques, des étoles de prêtres..., sans réelle valeur marchande, auraient également disparu au tout début des années 2000). Elle a été remplacée, comme on peut en juger d’après un cliché actuel, par une statue en plâtre. Les deux tableaux du milieu du 18e siècle au mur de l’abside, à droite et à gauche du grand maître-autel baroque du 17e siècle, ont été déplacés vers l’allée gauche près du confessionnal lors de travaux, notamment de réfection des enduits, réalisés par la municipalité sous la responsabilité de René Bourgeois et Carmen Resic. Depuis, le visiteur (le paroissien est en voie d’extinction) peut examiner des détails que la hauteur d’accrochage lui interdisait d’approcher auparavant. Telle la scène secondaire sous la Sainte Trinité figurant deux religieux en train de racheter à des Ottomans des prisonniers enchaînés.

Eglise_Saint_Jean-Baptiste_aujourd_hui._Interieur.jpg

Nous transcrivons ci-dessous un inventaire lacunaire établi par le Père d’Azambuja – il fait abstraction du maître-autel et ne mentionne pas le motif principal de la très belle verrerie de 1616 (restaurée dans les années 1980 par l'atelier Simon de Reims) représentant la Vierge à l’enfant mais seulement deux médaillons figurant St Charlemagne et Ste Jeanne de France ( non authentifiée sur l'inventaire du patrimoine) – qui peut présenter de très légères différences quant à la datation avec celui de l’Administration du Patrimoine Champagne-Ardennes.

Vierge_a_l_enfant_-_Medaillon_St_Charlemagne_1616.jpg


Inventaire dressé par l’abbé D’Azambuja :

- Boiseries : portes du fond (dans l’abside) et fonts baptismaux 17e siècle.
- Chemin de Croix : 19e siècle
- Deux tableaux (anciennement dans l’abside) : la Vierge et Saint-Jean-Baptiste intercédant en faveur de deux ecclésiastiques (œuvre de Charles Eyckens milieu 18e)
- La Ste Trinité surplombant deux religieux trinitaires rachetant les captifs aux maures.
- Vitraux : deux médaillons du début du 17e siècle (1616). Saint Charlemagne - Sainte Jeanne de France.
- Notre Dame du Rosaire : avec St Dominique et Ste Catherine de Sienne entourée de tableautins représentant les « mystères » du Rosaire. 17e siècle.
- Tableaux : genre italien 17e siècle. Le mariage de St Joseph et de la Vierge - L’adoration des mages.
- Crucifix : 16e siècle.
- Confessionnal : style néo classique 19e siècle.
- * Banc gothique : fin 15e siècle. (meuble classé).
- Ancien coffre à vêtements.
- Retables des autels latéraux et chaire fin 19e siècle.
- Calvaire : Christ du 17e siècle – Ste Vierge et St Jean du 16e siècle.
- ** Statuaire bois polychrome : La Vierge – St Joseph – St Joachim – St Antoine Ermite.

  • Ce banc en chêne de célébrant du 15e siècle est décrit par Alain Sartelet dans un de ses billets sur VRG intitulé « Les petits lions de Hierges » (26 janvier 2014) en raison de la présence sur le haut des montants de deux petits lions couchés.
    • Des statues en plâtre sont également présentes, en particulier, sur l'autel latéral gauche, celle de Marie remplaçant La Vierge à l’enfant dérobée.