L’échec de la droite insurrectionnelle à créer le chaos, le succès de la politique de dialogue prônée par Maduro, une lutte sans précédent contre la corruption, le maintien et le développement des programmes sociaux, les alliances internationales renforcées face aux politiques de l’Europe et des Etats-Unis, s’accompagnent d’une remontée des prix du pétrole. Une défaite pour les médias qui veulent faire croire que ce pays est isolé et qu'il est dirigé par un dictateur.DaNiD.png La participation aux municipales a atteint les 47,32%, ce qui représente 9.139.564 électrices et électeurs qui se sont présentés pour exercer leur droit de vote le 10 décembre dans 32 775 bureaux de vote .Trois formations de l’opposition dit « démocratique » – les partis Justice d’abord, Volonté populaire et Action démocratique – avaient appelé au boycott de ces élections, étant certain de leur défaite. Un appel au final peut suivi. En 2012 la participation était de 58,36% (11 millions de votants). A noter que la constitution du Vénézuela interdit aux partis qui prônent le boycott de présenter des candidats aux élections suivantes. Ils se sont donc mis hors-jeu eux mêmes.
DaNiC.jpgA droite ça va encore crier à la dictature en 2018 et prétendre que le Maduro interdit à l'opposition de présenter un candidat.

A l’issue de ce scrutin clef, les chavistes, (PSUV, PCV) ont largement remporté les élections, gagnant 308 des 335 municipalités, 66% à Caracas et 23 des 24 capitales régionales. L’opposition a également perdu la région de Zulia où se jouait une élection partielle.
La validité des 23 élections en 18 ans au Vénézuela est reconnue par des organismes de contrôle internationaux comme la fondation Carter. Tout cela démontre que:
-Si l'on cherche une dictature il faut aller ailleurs par exemple chez les amis des Macron et Hollande: au Quatar, en Arabie Saoudite au Honduras etc..
-Nos médias, du Monde, France Inter, France 2 et leurs valets Léa Salamé et Laurence Debray ont menti en nous présentant là bas un peuple en révolte.

Nos médias ont aussi spéculé sur le défaut de paiement de ce pays.
Cependant le gouvernement vénézuélien a payé toutes ses obligations financières à ses créanciers et a couvert les obligations à échéance de 2017 à 2020 , ce qui implique que sont payées toutes ses obligations pour ce qui reste de 2017.

Les plus grands faux de l'histoire contemporaine nous sont donc servis actuellement par nos médias et les urnes de ce pays ont magistralement répondu qu'il ne faut jamais oublier la conscience d'un peuple.
D Nicolas