Voici huit ans que Georges Favaudon nous aura quittés ce 27 décembre. Autodidacte et ancien des forces libres, il s’est formé en fréquentant la «nouvelle école fPolygonie_wallerand.JPGaméricaine» à New-York ou Philadelphie. Travailleur acharné, il affirmait que «Rien ne retient autant l’attention que ce qu’il reste de l’homme lorsque l’artificiel a disparu». Bien qu’il ait connu Pollock, Picasso, Mannessier Arp ou Mortensen avec qui il a exposé ses oeuvres, il restait humble toujours fier de ses origines modestes. Se remettant sans cesse en question, il n’hésita pas en 1960 à brûler plus de 150 tableaux pour devenir un chercheur dans l’abstraction figurative. «Passionné, son désir d’éveiller l’imagination créative, le fit participer aux contrats d’aménagement du temps de l’enfant en découvrant leur potentiel artistique. Les plus doués étaient invités à l’atelier de la Presles pour approfondir leurs connaissances. Georges a permis à deux d’entre eux d’intégrer des écoles nationales» se souvient Monsieur Alain Van de Velde, ancien maire d’Aubrives, son ami qui se félicite d avoir pu être soutenu par un tel adjoint. « Il prit l’initiative de créer l’association Florilège afin de coordonner toute l’action culturelle envisagée par la commune. En collaboration avec Madame Mignolini, ils se sont investis pour promouvoir le théâtre, organiser des séances de cinéma, des concerts de jazz ou des expos de peintures et de sculptures…Chaque année, bénévolement, il créait les décors, les affiches et programmes pour l’Atelier Chorégraphique de Madame Bouvier et pour le club de danse l’Arabesque. » Alain Van de Velde continue ainsi: " Je me souviens particulièrement des périodes d’inondation, lorsqu’il prit l’initiative de contacter la ville de Troyes pour une action de solidarité en faveur des Aubrivois. Ce fut un arrivage inespéré de vêtements, de couvertures, de chaussures en direct des bonneteries". Monsieur Vande Velde, en remercie encore son ami regretté. Il appelle de ses voeux la commune d’Aubrives pour dédier à Georges Favaudon, l’hommage qui lui est du en attribuant son nom à la nouvelle salle polyvalente toujours sans nom».
fdyonisos.JPG Et de citer pour terminer l'évocation de cet artiste aux mains et au cœur en or, ces quelques vers tirés de son recueil de poésie intitulé " Homophonie":
«Vous n’êtes RIEN,
Vous n’êtes que des MOI,
Des MOI de RIEN,
De RIEN pour les AUTRES
.Que serez- vous demain ?
RIEN.
Alors ?
Soyez pour les AUTRES.
Vivez pour RIEN et pour TOUT
Et SURTOUT,
Ne vivez pas pour VOUS ».
FFAVFUM.PNG fdyonisos.JPG
fPolygonie_wallerand.JPG