Après des études au lycée de Châteauroux, Pierre Dufour, né en 1855 s’installe à Paris pour suivre les cours de l'Ecole des Beaux-Arts. Il fait la connaissance de Paul isabelle_rimbaudcadette_-_Copie.PNGVerlaine.et adopte alors le pseudo de Paterne Berrichon, Paterne pour rappeler l'église Sainte-Paterne d'Issoudun, et Berrichon, parce qu'il était originaire du Berry. Menant une vie de bohème des plus débridée, il tenta en vain de vendre ses tableaux et vit entretenu par sa maitresse. Sans domicile fixe, ses excès, la misère financière qui le conduisait à ne pas manger tous les jours l'on conduit à faire de fréquents séjours dans les hôpitaux. Il participa à toutes les manifestations du Quartier latin, frondeur, antimilitariste (condamné à 2 ans de prison pour refus d'obéissance pendant son service militaire), membre d'une "ligue des anti-propriétaires» provoquant des bagarres, il fut arrêté à deux reprises pour résistance à agent de la force publique. Anarchiste, il avait soutenu et épaulé Louise Michel dans l’affaire du pillage des boulangeries. Admirateur fervent d’Arthur Rimbaud, il en devient le "beau-frère posthume" en 1897 par un mariage avec Isabelle, la sœur cadette du poète... légataire universelle de ce dernierbuste_A_R.PNG décédé en 1891. Tous deux se voudront les gardiens de la mémoire du prince des poètes …quitte à éloigner le frère ainé Frédéric Rimbaud devenu modestement ouvrier agricole marié à une fille mère (situation sociale absolument méprisable à leurs yeux) et le priver de ses droits littéraires en toute bonne conscience. Le 25 juillet 1901, un buste de Rimbaud dont la maquette était l'oeuvre de Paterne Berrichon fut inauguré au square de la gare de Charleville… Frédéric ne fut pas convié. Ce buste fut volé par les Allemands pendant la première guerre mondiale dans le cadre de la récupération des métaux. Un second fut dérobé pour les mêmes raisons pendant la seconde guerre mondiale. Aujourd'hui c'est une copie qui est en place. L’exploitation commerciale des œuvres ne pouvait pas se faire sans dissimuler certains épisodes de la vie du génial poète, ni charcuter certains textes. Pour faire fructifier ses intérêts, Il donna une image angélique de Rimbaud « parce que le public ne comprendrait pas » et que la vérité susciterait l’indignation de la bourgeoisie catholique.. une nouvelle histoire de Rimbaud "le Voyageur" vit ainsi le jour. Berrichon était devenu par des manœuvres pas très tombe_rimbaud.PNG catholiques ,seul bénéficiaire des droits d'auteur d' Arthur Rimbaud, après le décès d’Isabelle emportée par un cancer de l'estomac en 1917 (A la mort de madame Rimbaud mère en 1907, l'état de succession ne fit pas mention des droits d'auteur dus à la mère de l'auteur, dont Frédéric et ses enfants auraient dû recevoir leur part), Paterne Berrichon, mourut le 30 juillet 1922...sans testament et en bon chrétien dévot.
Citations d'une impitoyable sévérité !

A.Rimbaud : « …Ma ville natale est supérieurement idiote entre les petites villes de province. Sur cela voyez-vous, je n’ai pas d’illusion. » (Lettre à Georges Izambard, 25 août 1870).

Isabelle R. : « Les gens de Charleville sont grincheux comme leur climat, froids et traîtres comme le brouillard de la Meuse, égoïstes surtout. L’Ardennais est, par tempérament, ennemi de la poésie, non sentie même par ceux qui se piquent de la comprendre. » (A Paterne Berrichon, décembre 1896)