SAM_1172.JPGDevant l'agonie sans fin des producteurs de lait, des exploitants agricoles ont décidé de créer une société par actions simplifiées (SAS) dont le siège est à Trélon dans le Nord est inspirée par la coopérative belge, FaireBel. Ce lait vendu par leurs soins garantit quarante centimes par litre à l’éleveur, contre trente centimes, voire moins aux éleveurs d’autres circuits. Il est évidemment un peu plus cher mais le consommateur voit en le préférant, un achat citoyen le solidarisant des agriculteurs en périls. Cette société solidaire appelée <faire France>>est née de l’association des producteurs de lait indépendants (Apli), des éleveurs affranchis de la toute puissante FNSEA. « Chaque adhérent a engagé entre 1000 et 5000 euros et assure des animations dans les foires et les grands commerces pour nous faire connaître», expose Jean-Luc Pruvot, producteur de lait en Thiérache pas loin d' Auvillers- les- Forges membre du conseil d'administration dans un article paru dans l' Union. La marque compte aujourd’hui 800 adhérents, dont environ 120 dans les Hauts-de-France et une quarantaine de Picardie.laitequi2.PNG L'objectif est clair selon Monsieur Pruvot dans ce même article sur l' Union, <<le consommateur ne veut pas de fermes des 1000 vaches mais les pouvoirs publics favorisent la concentration selon la logique économique européenne ... Nous voulons vivre de notre métier et non pas de subventions et d’aides publiques provenant des impôts des contribuables.»

-extrait et résumé du Courrier Picard par NICOLAS TOTET paru dans l' Union-
laitequi.jpeg