L’action de nos parlementaires n’aura pas été vaine sur ce dossier puisque nous avons obtenu quelques concessions protégeant le droit à l’information. Cependant, ce texte refuse de clairement protéger les lanceurs d’alerte si utiles à nos sociétés, fait peser une menace sur le droit à l’information, à l’action des syndicalistes et la mobilité des travailleurs.

Ce texte est le reflet d’une société qui préfère l’opacité des affaires à l’information libre.

Nous continuerons d’avancer ensemble avec les mobilisations citoyennes et syndicales pour gagner une nécessaire et réelle protection de tous ceux qui, courageusement, informent les sociétés du comportement dangereux de certaines grandes entreprises.
s_da.png