malcolm-x__faqiraatilaarabbinaa1.jpgC’est à la fois son honneur, car - à l’inverse d’un Eric Fassin*, s’enfermant dans une défense des agresseurs absurde et relevant de l’aveuglement idéologique propre à l’antiracisme doctrinal ( « (…) à Cologne, le soir du Nouvel An, les personnes qui avaient agressé des femmes allemandes l’avaient fait parce-qu’elles sont un symbole de la domination occidentale et qu’ils n’avaient pas agressé de prostitués ») -, Onfray assume le devoir de l’intellectuel qui est de relayer, toujours, le point de vue de la victime, mais aussi sa faiblesse, car ce faisant, il manque du recul indispensable à l’analyse. A tout le moins, il se devait aussi d’expliquer en quoi le seul ressenti face aux agressions était insuffisant pour comprendre le phénomène, c’est à dire, au sens étymologique, l’arraisonner, et – sans pour autant taire le ressenti des victimes – inviter à attendre de l’enquête la révélation comptable du nombre des agresseurs et de viols ( l’ affirmation de « centaines de viols », à ce stade, ne peut être démontrée). Mais, là où Fassin tente de dédouaner les criminels par une justification tiers-mondiste inopérante, Onfray ne recule pas à désigner le crime par son nom, le viol, et l’agresseur par son statut, l’émigré ou l’immigrant ( le migrant ). Houellebecq2.jpgSur ce dernier point, Onfray a raison d’appeler un chat, un chat ; d’après les autorités, les agresseurs appartiennent bien à des groupes d’immigrants ou d’émigrés. Mais, il convient de citer la police allemande qui fait principalement état de personnes issues de « pays arabes et d’ Afrique du nord », en précisant que sont concernés par les premières arrestations, des individus originaires du Maghreb ; juridiquement, ceux-ci, à l’exception de très rares réfugiés politiques, ne peuvent être des réfugiés, mais vraisemblablement des émigrés illégaux, sans doute présents sur le territoire allemand bien avant l’arrivée des réfugiés Syriens, Libyens, Afghans. L’important reste que Michel Onfray est l’un des seuls à ne pas se soumettre au politiquement correct des élites qui nient le réel, savoir qu’un immigrant ou un émigré puisse être un criminel - même s’il a lui-même fuit la violence ou en a été victime - ni au déchaînement populiste qui associe tout immigrant ou émigré à un criminel. Onfray sait que nier le crime, ou lui trouver des justifications qui n’en sont pas, amènent inexorablement à ce que le ressentiment et la rancœur s’imposent. eooo.png En l’occurrence, les élites sont coupables de ne pas reconnaître que l’islam qui occulte le corps de la femme en le voilant en totalité, parce-que l’homme est incapable de maîtriser sa pulsion sexuelle - est incompatible avec l’égalité homme-femme des sociétés occidentales et leur liberté. Ce qui s’est passé en Allemagne, dans la nuit du 31 décembre, c’est la rencontre de cette pulsion sexuelle non dominée dans l’islam avec la liberté de la femme occidentale. Soit, l’exact inverse de ce que prétend Eric Fassin. Pour Onfray, « La responsabilité des décennies de bombardements occidentaux » et celle d’une « attitude belliqueuse de l’islam ancrée dans le Coran », ne s’excluent pas ( cf Adonis, entretiens avec Houria Abdelouahed, VRG 23/11/2015 ). Les bombardements occidentaux actuels en Syrie ne font que différer le chute de El Assad et lui permettent de continuer le massacre de sa population. Quant au Wahhabisme porté par l’Arabie Saoudite, il renforce la figure belliqueuse de l’Islam - dont les premières victimes sont les musulmans eux-mêmes -,eoor.jpg

et l’on ne peut dans le même temps, comme le font les occidentaux, prétendre combattre Daesh et s’agenouiller devant la monarchie absolue islamiste des Saoud, régnant sur l’Arabie Saoudite, sans qui Al Qaïda et l’Etat Islamique n’existeraient pas. Onfray : « La France a renoncé à l’intelligence et à la raison, à la lucidité et à l’esprit critique. Houellebecq* a raison : nous vivons déjà sous le régime de la soumission ». Après quarante années d’ultralibéralisme, l’homme occidental s’est infantilisé et avachi au point qu’il ne conteste plus, ni le désordre économique dont il souffre, et son injustice, ni l’ingérence économique et militaire occidentale de par le monde. Onfray de conclure : « Notre civilisation judéo-chrétienne est épuisée, morte. Après 2000 ans d’existence, elle se complait dans le nihilisme, la pulsion de mort et la haine de soi (…) Quel occidental est prêt à mourir pour les valeurs de notre civilisation : le supermarché ( le seul fait de s’imaginer errer dans le centre commercial Rives d’Europe devrait faire entrevoir, à tout individu soucieux de dignité humaine, des abîmes de désespérance ), la vente en ligne, le consumérisme trivial et le narcissisme égotiste, l’hédonisme trivial et la trottinette pour adultes ? ». Soumission.

• Eric Fassin, sociologue et enseignant en science politique. • Michel Houellebecq, écrivain, « Soumission » Flammarion 2015.