En contrepartie et c'est là qu'on touche le sublime,, les associations caritatives et l'état (Restau du cœur, secours catho et populaire, ccas, lions club, banques alimentaires...) se substituent aux entreprises en prenant à leurs charges la partie du salaire dont les travailleurs sont spoliés, confisquée par le patronat dans le cadre de la "RA-TIO-NA-LI-SA-TION"SAM_0778.JPG en instaurant des mesures pour accompagner la misère au lieu de la combattre. La dernière en date, c'est la prime d'activité qui s'adresse a toutes personnes ayant une activité et touchant moins de 1500 euros par mois. Cette prime dont on fait la demande auprès de la CAF remplacera le RSA activité (qui compte actuellement 830.000 bénéficiaires) et la prime pour l'emploi (PPE) (5,5 millions).
Au total, ce sont 3,95 milliards d'euros qui devraient être dégagés pour financer cette prime en 2016. Dans les faits, seuls 2 millions de ménages la demanderaient, soit la moitié des personnes concernées...En compliquer les démarches administratives décourage les plus fragiles . Plus facile à financer ainsi. il suffisait d'y penser. Elle fait diversion, tout comme l'importance donnée à la déchéance de nationalité pour acte terroriste, à une injustice criante. Elle dissimule en effet que le patronat est le premier assisté de France. Il y a de plus en plus de pauvres mais la bourse se porte à merveille. N'est ce pas le meilleur indice de la bonne santé de notre économie et de la possibilité de payer correctement les salariés sans passer par l'état et le biais de nos impôts. La diversion fonctionne et on oublie que ce n'est pas le cout du travail qui détruit les emplois mais le coût du capital !
m4.jpg Pour verser des dividendes toujours de plus en plus importants à des actionnaires parasites, les entreprises diminuent les emplois, le budget recherche, développement, investissement. Et on ne peut s'empêcher de penser à la France qui par la voix du ministre socialiste Michel Sapin, vient de faire capoter les discussions sur une « taxe Tobin » sur les transactions financières . Un scandale financier éclate et ce sont les salariés qui trinquent à l'image du Crédit Lyonnais. En effet, les dirigeants sont exonérés de leurs responsabilités, les salariés licenciés pour éponger les dettes et le contribuable paie.
marinaleda_1.jpg On connait les solutions pour améliorer la justice sociale mais elles ne sont pas d'actualité. A nous de trouver des dirigeants comme en Islande (condamnant à la prison les banquiers véreux et refusant de payer les dettes des banques), ou comme Ugo Chavez au Vénézuela nationalisant l'exploitation du pétrole pour combattre la misère et l'illettrisme. Qu'attendons nous pour suivre ces pistes qui très vite feraient fondre l'électorat FN et réduiraient par une meilleure répartition des richesses la précarité ?
Oui on a les solutions mais qui osera les appliquer ?