Dans l’entreprise - où la fonction publique – on enregistre une explosion de comportements, destructeurs pour leurs victimes, liés à des personnalités hyper-narcissiques qui méprisent leurs égaux pour ne fréquenter que ceux qui peuvent les aider ou leur servir de marchepied dans leur carrière. Dans les campagnes, chacun constate que l’innocent du village, protégé traditionnellement par la Communauté, a disparu, placé ( déplacé en réalité ) dans une structure spécialisée, pour être remplacé par l’hyper-narcissique tox4.jpg ( très fréquemment paranoïaque alors que son alter ego en entreprise est bien plus largement un pervers narcissique ) à la forte capacité de nuisance car s’estimant légitime contre tous de par l’idée d’un soi grandiose et exceptionnel, et dont toute l’action ne vise qu’à détruire la Communauté villageoise. Citadin ou habitant en zone rurale, l’hyper-narcissique, impérialiste par nature, exporte volontiers « sa guerre » sur le terrain d’Internet ( VRG n’est pas épargné ). Cette addition d’hypertrophies de l’ego – souvent façon de sur-compenser de vieilles blessures narcissiques – renforce le climat de compétition permanente, le besoin de dominer, et le manque d’empathie, sur lesquels un parti clivant comme le F.N prospère. Ainsi, le combat que livre l’individu aux autres déborde la sphère individuelle en trouvant un prolongement dans le combat que livre ce parti pas comme les autres à tous les partis. Le plaisir malsain ( Shadenfreude ) du pervers narcissique tox5.jpgou la satisfaction par la violence du paranoïaque s’épanouissent au F.N, dont le discours légitimant politiquement le mal et la violence faits à l’adversaire, considéré comme un ennemi, par une agressivité prétendument nécessaire et salvatrice, justifie de facto l’agressivité individuelle dirigée vers l’Autre ( au sens de tout ce qui n’est pas moi ). On appréhende alors la raison, qui n’est pas qu’idéologique, pour laquelle les leaders du F.N jouent de façon récurrente du fantasme ( le grand remplacement, le déclin de l’occident …) qui résonne immédiatement auprès de la partie de leurs troupes atteinte de troubles narcissiques de l’identité et de paranoïa. tox6.jpgCes ressorts instrumentalisant les troubles psychologiques de l’individu moderne ont été employés par le passé, dés lors que certains partis, fascistes et nationaux-socialistes, ont tenté de prendre le contrôle des masses en promettant la guérison collective par l’accomplissement d’un destin commun et la régénération par l’éradication de certains membres « malades » et « contagieux » du corps social. Mais rien de messianique ne peut être observé au F.N et chez ses partis frères en Europe aujourd’hui. Nul projet collectif sinon le strict repli identitaire vers les vieilles lunes Maurassiennes et la désignation de boucs émissaires ( les immigrés, les migrants, l’Europe, le cosmopolitisme*…) comme cause de la persistance de la crise économique…fond de commerce dissimulant la vraie fonction du F.N, véritable machine à cash familiale, comme l’a relevé Nicolas dans un commentaire récent. tox3.jpgClaude Chabrol qui avait connu J.M Le Pen, étudiant à la fac de droit au début des années 50, déclarait que ce dernier n’était qu’un fêtard, un « branleur » qui ne croyait pas un mot de ce qu’il disait et considérait comme « des conneries », mais qui avait trouvé avec le F.N un moyen de s’amuser et de s’enrichir. Le problème, c’est que bien d’autres y croient, par bêtise, malignité ou folie. Empoisonnés. .tox3.jpg

  • Zeev Sternhell « les Anti-Lumières » ed Fayard.

•Le cosmopolitisme, c’est à dire l’intérêt que l’on porte aux autres cultures, s’oppose, à la fois, à l’ultralibéralisme qui nie les différences pour ne voir qu’un grand marché, et aux Anti-Lumières qui prônent un repli identitaire vers un passé lointain.