1nnn.jpgIl existe des faiblesses dans la démonstration de Todd, à laquelle Valls ne répond que par l’invective, sans construire une critique par l’argumentation. Ces faiblesses ou erreurs concernent d’abord les cartes sur lesquelles l’historien s’appuie pour dire que les manifestants du 11 janvier 2015 sont très majoritairement des islamophobes issus des zones péri-urbaines et rurales et représentent un « catholicisme zombie ». Or, ces cartes datent des années 60-70 et l’on ne peut induire de ce que furent ces zones à l’époque ce qu’elles sont aujourd’hui, après des années de déchristianisation, alors que le catholicisme n’est plus homogène et que la religion catholique est devenue une affaire privée. La thèse de Todd selon laquelle ces chrétiens seraient unanimement descendus dans la rue, non pour défendre la liberté d’expression, mais pour stigmatiser les musulmans est peu probante, même si on observe, en particulier en zone rurale, une progression de l’électorat F.N ( ni plus croyant ni plus pratiquant que le reste de la population de souche française ) dont le catholicisme n’est revendiqué que par opposition aux immigrés musulmans. Et, le Front National n’était pas présent dans les manifestations du 11 janvier.
1n.jpg

Par contre, Emmanuel Todd est pertinent lorsqu’il lie les difficultés économiques, l’incapacité de la gauche au pouvoir à faire refluer le chômage et son ralliement depuis 1983 à l’Europe libérale, la progression du Front National, l’abstention croissante lors des élections, la radicalisation identitaire chez certains jeunes qui peut mener au djihad et les erreurs d’appréciation, gauche socialiste et droite confondues, dans la politique française en Irak, en Libye, en Afghanistan. Dans un entretien à l’Obs, il précise : « Je ne fais pas dans l’angélisme : l’antisémitisme des banlieues doit être accepté comme un fait nouveau et indiscutable . Ce que je ne peux pas accepter cependant, c’est l’idée qui est en train de s’installer selon laquelle l’islam, par nature, serait particulièrement dangereux pour les juifs. Il n’existe qu’un continent où les juifs aient été massacrés en masse : c’est l’Europe ». 1pob.pngJuste, même si on aurait souhaité qu’à l’instar de Michel Onfray, Todd critique la gauche libérale de Hollande et Valls qui fait de l’islam uniquement une religion de paix, de tolérance et d’amour et refuse « que l’on puisse distinguer entre l’islam de guerre qui trouve aussi des justifications dans le texte sacré, et l’islam de la majorité des musulmans » en niant l’existence de différentes interprétations du texte. Cet aveuglement fait le lit du Front National. Il l’est également lorsqu’il dénonce le procès fait par le pouvoir à quiconque refuse d’être enfermé dans le compassionnel et souhaite analyser l’événement et ses causes sans se satisfaire des slogans « l’union ( sacrée ? ) du 11 janvier » . Il l’est encore lorsqu’il emploie les expressions « flash totalitaire » et « accès d’hystérie collective » pour désigner le refus des médias de donner à penser ce qui a eu lieu. Cet anti-intellectualisme des médias, dommageable pour la démocratie, rejoint celui de l’exécutif, symbolisé, jusqu’à l’outrance, par Manuel Valls qui, par logique électoraliste, refuse le débat et la remise en cause des politiques suivies en décrétant immoral celui qui ne se satisfait pas des larmes. 1nn.jpgToujours dans l’Obs : « La néo-République ( dont Valls est un fleuron ) est cet objet sociopolitique étrange qui continue à agiter les hochets grandioses de la liberté, de l’égalité, de la fraternité qui ont rendu la France célèbre dans le monde, alors qu’en fait notre pays est devenu inégalitaire, ultraconservateur et fermé ».

  • A l’exception de Laurence Parisot, ancienne patronne du Medef, de Corinne Lepage, d’un petit nombre de parlementaires, les opposants à la loi sur le renseignement adoptée le 05 mai 2015 ont été peu nombreux.