Lettre ouverte à un ami.
Ce poème a été écrit le 26 février 2007.

Imagine Ami, un pays utopique
m1m.jpg

Légendaire endroit où tout est fabuleux

Fait Ami, un joli rêve philanthropique

Accède à l’univers radieux :

Une terre de paix pour tous, bénéfique.

Tout le monde vivrait libre et heureux.


Envers d’un rêve, l’authentique cauchemar

Réalité d’aujourd’hui : c’est la misère
m2m.jpg

Avec un tas de gueux, qu’on déclame flemmards

Dinant d’un vieux croton, dormant sur litière

Ils ont faim, ils ont froid, ils deviennent clochards,

Quand la vie les rejette en lisière !

Un emploi qu’on supprime, tu laisses faire ?

Et puis demain, le désastre sera pour toi,

Résigné, tu vivras le même calvaire.


Le chômage t’ôtera les vivres et le toit

Alors, si tu veux garder un vrai salaire,

Grogne pour sauver tes droits, ne sois plus pantois,
m2.jpg

Ami, ces gens là, de sinistres rapaces,

N’accepte plus qu’ils te prennent quoi que ce soit

Guette leurs manigances et leurs grimaces.
Réfléchis, ils sont dangereux, ces vils bourgeois,

Et crois moi, ils font des choses dégueulasses,

N’ayant qu’un but, faire du fric, ces passe-droits.

Engrangeant milliards par milliards, ces financiers


Osent mettre les états à leur service

Les lois sont faites par les mêmes flibustiers.

Ils frappent sans vergogne, le droit complice…

Garde-toi, ils te pillent sans s’en soucier

Abusent le peuple, lui créent des sévices.

Réagis vite Ami, demain il sera trop tard !
m4.jpg

Citoyen libère toi de l’oligarchie,

Hors la loi, ils sont tous ces richards…

Imagine Ami, un pays affranchi

Qui s’est débarrassé de tout politicard !

Un pays enfin propre, sans aucun gâchis

Ensemble faisons le ! Et ne sois plus jobard.


(1) Acrostiche :
Poème dont la 1ère lettre des vers lues de haut en bas constitue la base du poème ou le nom de celui auquel il est destiné.
Ici : "il faut éradiquer la gangrène oligarchique"

(2) Alexandrins :
Vers de 12 pieds