Pour rendre ce commerce attractif il est nécessaire de joindre Givet au territoire du Royaume de France.
Cette route doit passer par Hargnies et rejoindre Sedan. Car Sedan échappe aux droits des Fermiers Généraux, percepteurs des douanes sur les frontières.
Pour cela il faut passer par Hargnies. Malheureusement il y a Chooz entre les deux qui appartient au Prince Abbé de Stavelot puissance souveraine du Saint Empire Romain Germanique.
Impossible de procéder à un échange entre Stavelot et la France.
DSC00723_1_.jpg
La Principauté de Liège va donc céder des villages à Stavelot et verser 108 000 florins de Liège pour acheter la seigneurie de Chooz à St Remacle.
DSC00724_1_.jpg
On peut ainsi envisager de créer une route vers Hargnies.
DSC00731_1_.jpg
Deux itinéraires possibles:
1° par Fromelennes, Flohimont, Landrichamps et la vallée de la Houille.
DSC00737_1_.jpg

DSC00722_1_.jpg
2° Par Rancennes et Charnois.
DSC00721_1_.jpg
L'idée maitresse des Liégeois est de céder à la France des territoires sur la rive droite de la Meuse et de garder la rive gauche, le fleuve formant une frontière logique.
C'est difficilement tenable car Ham, Aubrives et Hierges sont sur les deux rives.
On envisage donc de céder les villages dé pendants de la seigneurie de Hierges.DSC00726_1_.jpg
On s'intéresse à Foisches dont un rapport annexe dit que le village est la guinguette de Charlemont. On lit bien sur le plan le tracé de la ferme des Templiers.

Ham sur Meuse nous rappelle l'existence du hameau de Ham les Malades avec sa "Bonne Maison" accueillant les pestiférés.
DSC00729_1_.jpg DSC00727_1_.jpg
Hierges et Aubrives sont aussi dans le viseur.
DSC00735_1_.jpg
Ce qui nous vaut une belle miniature du château.
On s'éloigne sur l'arrière pays qui n'est pas concerné sauf la Cense Lahaye.
DSC00728_1_.jpg
Les rapports liégeois évoquent peu les préoccupations militaires des Français. Pourtant elles sont essentielles, l'objectif est de tracer une route stratégique reliant Rocroy et Givet - Charlemont.
DSC00725_1_.jpg
La question n'est pas évoquée par les Liégeois trop préoccupés par l'intérêt économique des routes.
DSC00719_1_.jpg