En porte-il à ses propres yeux le fardeau ? Pas le moins du monde, obnubilé par la seule reconquête du pouvoir et son affrontement d’homme à homme puéril « Bruno, c’est du pipeau, il va finir en slip kangourou * » avec ses concurrents de l’UMP, où désormais des Républicains ( impudence de s’approprier une qualité appartenant à tous ). Là où de Gaulle voyait des adversaires de l’Idée qu’il se faisait de la France, Sarkozy voit des ennemis personnels. Pendant ce temps, les naufrages, résultant de sa politique extérieure, s’accélèrent en méditerranée.iUn-secret-de-Sarkozy-bien-garde-lexecution-de-Kadhafi.jpg Bien sûr, Sarkozy, incapable de discernement, n’était pas seul dans ce marasme. Comme toujours, il a su se faire influencer par ce qui se fait de plus remarquable en matière de conseillers ineptes et funestes, enivrés par le pouvoir, en l’occurrence Patrick Buisson ( le promoteur de la Front Nationalisation du discours Sarkozyste pendant la campagne de 2012 ) et Bernard Henry Levy ( l’homme qui se prend pour Malraux ). La décision de faire intervenir la France en Libye n’a tenu qu’à deux raisons : re-présidentialiser l’image de Sarkozy par une action extérieure dans l’optique de l’élection de 2012, après les atermoiements du Printemps arabe ( Tunisie, Egypte ), pendant lequel il avait donné l’impression de flotter, et faire payer à Kadhafi ( défi personnel selon Henri Guaino ) son refus de participer à l’Union pour la Méditerranée, promue par le président français ( d’autres arrières pensées en relation avec le financement de la campagne pour la Présidence de 2007 sont évoquées et font l’objet de la curiosité légitime des juges ). ibhl.pngSensible aux discours guerriers de BHL, professionnel de l’insurrection médiatique masquant la vacuité de sa pensée et l’indigence de ses œuvres littéraires et cinématographiques, Sarkozy a ignoré, qu’en politique comme en philosophie, c’est la morale de la responsabilité que l’on se doit d’observer. En 1978, BHL déjà, cherchait à attirer la lumière vers lui en se faufilant auprès d’un Sartre malade, mais dénonçant avec raison et conviction le sort réservé aux boat-peoples vietnamiens. Aujourd’hui, le philosophe people en mal d’action et son alter ego bling-bling en politique restent muets devant les noyés de la Méditerranée, et sourds à leur conscience.

Jérôme Camus

  • propos de Nicolas Sarkozy au soir de son élection à la présidence de l’UMP face à Bruno Lemaire.