Premier temps

La découverte accidentelle, le 28 mars 1980, d'un tombeau sis dans le quartier de Talpiot, à Jérusalem Est :

À l'intérieur, dix urnes de calcaire contenant des ossements (les Juifs du 1er siècle inhumaient leurs défunts enroulés dans un suaire avant de récupérer, un an plus tard, les os qu'ils plaçaient dans une urne). Sur six de ces urnes, des inscriptions déchiffrées en 1994 : Yeshua bar Yehosef (Jésus, fils de Joseph), Maria (Marie), Yose (Joseph), Yehuda bar Yeshua (Judas, fils de Jésus), Matya et enfin Maramene e Mara qui ne serait autre que Marie-Madeleine. ossuaire_de_jesus_fils_de_joseph.jpg Messieurs et Madame Jésus-Marie-Joseph et Marie-Madeleine (épouse du Christ si l'on en croit plusieurs sources), plus leur fiston Judas, tous enterrés ensemble ! s'exclamèrent certains. Mais alors, si on a un petit paquet d'os ayant appartenu au Christ, il n'a pas pu ressusciter ! Car il est impossible, même à force de miracles, que Marie-Madeleine et les pèlerins d'Emmaüs aient papoté, pris l'apéro, rompu le pain avec un être vivant dépourvu de squelette.

Dès lors, adieu le rachat de tous les péchés du monde, adieu les oeufs de Pâques cachés dans le jardin, adieu la religion chrétienne, essentiellement basée sur le dogme de la Résurrection ! Sauf que, nous disent les statisticiens, les gens portant les noms de Yeshua, Yehosef, Yehuda et Maria se comptaient à la pelle au 1er siècle à Jérusalem et dans sa banlieue. La preuve n'est donc pas faite que le tombeau de Talpiot renfermait les restes de la famille du Christ, plutôt que ceux d'une autre. Et ce n'est pas Le tombeau de Jésus, film documentaire tape-à-l'oeil de Simcha Jacobovici entièrement visible par là et produit en 2006 par James Cameron, qui parviendra à convaincre les foules. Fin du premier temps de la valse des vieux os.

Deuxième temps

Un collectionneur d'antiquités israélien nommé Oden Golan possède un autre ossuaire du 1er siècle communément baptisé ossuaire de Silwan, parce que découvert dans ce quartier de Jérusalem :

Sur l'une de ses faces, une inscription rédigée en araméen : Ya'akov bar Yosef akhui di Yeshua. Autrement dit, pour ceux qui ne maîtrisent pas totalement l'araméen, Jacques, fils de Joseph, frère de Jésus :

orelic.jpgLes Évangiles, en effet, rapportent que Jésus eut quatre frères dont Jacques, surnommé le Juste. Petit problème : si Jésus a eu des frères, la virginité de Marie, qu'on pouvait à la rigueur accepter quand elle n'avait qu'un fils (l'Annonciation par l'archange Gabriel, la lumière divine traversant son ventre sans la déflorer pour y déposer la petite graine, tout ça…), devient carrément impossible à avaler si elle en a eu cinq. Faut pas pousser.

Même Joseph, qui s'est fait avoir une fois, n'aurait pas été dupe. C'est la raison pour laquelle l'Église occidentale a bien vite "enterré" Jacques, Judas, Simon et Joseph. De son côté, convaincue que cette inscription n'était qu'un faux, l'Autorité des antiquités d'Israël intenta à l'encontre du collectionneur un procès qui dura plusieurs années. L'homme fut finalement acquitté en 2012 de toute accusation de falsification, les experts n'ayant pas réussi à se mettre d'accord entre eux. Fin du deuxième temps de la valse des vieux os.

Troisième temps
Un géologue israélien nommé Aryeh Shimron prétend aujourd'hui (mais il avait déjà avancé cette hypothèse il y a plusieurs années) que l'ossuaire de Silwan provient du tombeau de Talpiot car tous deux possèdent des traces d'un rendosol (un sol peu évolué sur roche-mère calcaire) typique des collines de Jérusalem Est, même que c'est d'après lui une signature unique : « Je pense avoir là une preuve incontestable que l'ossuaire de Jacques a passé la plupart de sa vie - ou de sa mort - dans le tombeau de Talpiot », a-t-il récemment déclaré, et c'est la fin provisoire du troisième temps de la valse des vieux os.

opape.jpg Supposons que cette étude soit un jour entérinée par un collège de scientifiques ayant examiné les travaux d'Aryeh Shimron ; nous aurons alors un tombeau ayant abrité un Jésus, une Marie, un Joseph, une Marie-Madeleine, un Judas et un Jacques. Une vraie petite famille tout à fait ordinaire, dont l'un des fistons était toutefois un peu allumé, mais sans résurrection et tout le baratin, concluront certains. Parce que si Jésus s'était réincarné sans ses os, il aurait eu l'air d'une limace géante et Marie-Madeleine se serait enfuie en courant ou l'aurait écrasée à coups de pelle de jardinier.

Cela dit, l'Église et son fidèle troupeau continuera d'apporter du crédit à l'Annonciation, à l'Immaculée Conception, aux résurrections du Christ et de saint Lazare et à quelques autres miracles encore. Car s'ils prenaient en compte les découvertes scientifiques, il y a belle lurette qu'ils auraient abandonné l'idée d'un monde créé en six jours plus un de repos syndical.

extrait de la chronique du 11/04/2015 par Alain Korkos sur arrêt sur image