Alors qu'en France le nombre de détenus a atteint 68.569 prisonniers (pour un total de 57.325 places), soit un taux d'occupation de près de 120 %, en Suède, les prisons ferment faute de détenus. Ce résultat est le fruit d'une politique pénitentiaire axée sur la réhabilitation où la prison doit être une peine parmi d'autres mais pas la peine de référence. non loin de la résidence d'été de la princesse Astrid de Belgique, se dresse Kolmarden. Un long bâtiment blanc . Rien ne signale que les hommes en jogging gris et vert, qui circulent à leur guise et à la vue du voisinage, sont des détenus, que la barrière en rondins de bois entourant le parc est équipée de capteurs électroniques et que cet ancien sanatorium, digne d'une maison de repos suisse, est une... prison. Tout est ouvert ici et, le soir, nous verrouillons nous-mêmes nos chambres de l'intérieur ", explique Staffan, 52 ans, en faisant visiter sa cellule. Coupe de fruits sur la table, plantes au bord des fenêtres sans barreaux, téléphone à carte et livre de Simenon sur le bureau, murs fraîchement ripolinés et télévision grand format où s'affichent les messages internes.l__oeuf-prison.gif

C'est comme un spa ! ", lance un détenu avant de filer pour faire sa partie de ping-pong à l'étage détente, qui offre aussi une salle de musculation, un billard, une bibliothèque et une salle internet. Les pensionnaires élisent leurs délégués et organisent la vie collective : de la cuisine au ménage, de la cafétéria à l'entretien des bâtiments... Les prisons suédoises sont divisées en trois niveaux (semi-ouverte, moyenne et haute sécurité), toutes proposent des cellules individuelles, des activités sportives et professionnelles, des programmes d'éducation, des thérapies comportementales (violence, toxicomanie...). Sans parler des appartements et des chambres pour les visites familiales, unités de vie avec cuisine, des douches quotidiennes, de la nourriture saine et d'une hygiène irréprochable ! La société suédoise prône le traitement plutôt que la punition. la Suède est championne des mesures alternatives à l'emprisonnement : travaux d'intérêt général, périodes de probation ou bracelet électronique. Le principe en Suède est, que lorsque l'on est condamné, on doit être placé dans une prison ouverte, si rien ne s'y oppose...
Tout détenu qui entre en prison sera un jour amené à en sortir. Il est dans l’intérêt de la société qu’il puisse se réinsérer.

Pendant ce temps en France on enregistre le suicide d'un détenu presque tous les trois jours : 112 d'entre eux se sont donné la mort en 2011, 117 en 2012 Est ce cela que rendre la justice ? OUI, IL EST TEMPS DE PENSER UNE SOCIETE ALTERNATIVE BASEE SUR L'ENCOURAGEMENT, LA SOLIDARITE, LA STIMULATION POSITIVE ET NON PLUS SUR LA DEVALORISATION, LA COMPETITION, LA CRAINTE DE L'EXCLUSION, ET DE LA PUNITION ! ON NE VIENT PAS AU MONDE POUR DEVENIR LE MEILLEUR. UN ETRE VIVANT N'A PAS A SE JUSTIFIER D'EXISTER.