ej4_-_Copie.PNGexiste-t-il des alternatives aux réacteurs à eau pressurisée ? "Oui" répondent Mark Massie et Leslie Dewan, 1er prix au dernier sommet de l'innovation, organisé par le département américain de l'Energie, pour leur réacteur à sels fondus (RSF). le projet repose sur la dissolution des déchets radioactifs dans du sel fondu. Un procédé qui permettrait d'éviter un nouveau Fukushima : le sel fondu présentant un point d'ébullition nettement plus élevé que l'eau, si le réacteur commence à chauffer, le sel se dilate et fait baisser la température.cj21.PNG
créer de l'électricité avec des plantes
Cette technologie produit de l'électricité mais elle peut aussi être utilisée comme isolation pour le toit ou pour collecter l'eau. A plus large échelle, il est possible de produire du riz et de l'électricité en même temps, c'est une manière de combiner les productions d'aliments et d'énergie. Autre avantage, le dispositif fonctionne 24h/24 et en toute saison. Au-delà des toitures végétalisées, cette nouvelle technologie pourrait devenir une source viable d'énergie renouvelable si elle était déployée à grande échelle dans les zones humides (qui représente aujourd'hui environ 6% de la surface terrestre). Les rizières ou les milieux marécageux semblent particulièrement intéressants. La pile microbienne à plantes fonctionne déjà à petite échelle et est actuellement testée à une échelle plus large
cj2_-_Copie.PNG
une ville pensée pour être énergétiquement autonome sortira de terre au Japon en 2018. Quelques 600 ménages devraient pouvoir s'installer à Fujisawa, dans des maisons équipées de panneaux solaires.
cmoig.PNG


Transformer les bâtiments en éoliennes géantes Le toit de la tour londonienne Strata se compose de 3 turbines de 9 mètres de diamètre chacune. Leurs capacités de production sont estimées à 50 MWh par an. Strata, une tour résidentielle composée de plus de 400 appartements, produit 8% de ses besoins en énergie grâce à des éoliennes bâties... dans son toit qui culmine à 148 mètres de haut. Les trois turbines de 19 kW et 9 mètres de diamètre qui le composent sont plus utiles en haut du gratte-ciel de 42 étages, où le vent peut souffler jusqu'à 56 km/h, Et si ce n'était plus la ville qui fournissait du courant aux bâtiments mais l'inverse ?
coklp_-_Copie.PNG
McCamley qui propose une éolienne verticale à installer sur les toits des maisons. La société veut ses rotors silencieux et stables grâce aux multiples appuis de la structure. Un prototype a été installé en 2012 au Royaume-Uni, l'installation permet de produire 1 kW. La société espère bientôt lancer des versions de 24 kW, Lorsque le vent souffle à 12 m/s.