dividautorgm.jpg
extraits d’une analyse de Didier Brisebourg, basé sur le rapport de la mission d’information de l’Assemblée nationale, disponible en cliquant sur le tableau.
SCA: sociétés concessionnaires d’autoroutes
-Les SCA bénéficient d’un monopole , ce qui permet tous les abus.
- L’intérêt général est incompatible avec l’intérêt des actionnaires !
- La mission n’a pas eu accès à certains documents ! et c’est la même chose avec les contrats de PPP, les partenariats public/privé.
- Mécanisme bien connu du fonctionnement du capitalisme, le remplacement de l’emploi par du capital, La réduction des emplois sous l’effet de gains de productivité comme l’automatisation des péages scandaleusement« compensés » par les usagers.
- Les SCA se sont endettées à hauteur de 5 milliards d’euros pour verser des dividendes à leurs actionnaires
- Les SCA, entreprises privées, n’ont pas à obéir aux mêmes règles de mise en concurrence que le public. Du coup, les grands du BTP favorisent leurs propres entreprises.
- Les SCA ne réinvestissent pas leur bénéfice dans des investissements nouveaux, provoquant une hausse constante et continue des tarifs. »
- L’actuel plan de relance autoroutier envisagé étend encore plus le périmètre concédé au privé menaçant que les concessions deviennent perpétuelles et finissent par couvrir la totalité du réseau autoroutier.
- LE FINANCEMENT DE CE PLAN PAR LE PRIVE COUTE BEAUCOUP PLUS CHER A L’ETAT QUE S’IL AVAIT PRIS DES EMPRUNTS CLASSIQUES : Une bien mauvaise affaire pour l’État qui nous rappelle les PPP, les partenariats public/privé, dont celui de l’hôpital sud-francilien à Evry et Corbeil.