image001_1_.pngDe solides fortunes se sont bâties autrefois dans la vallée de la Meuse grâce à la présence de l’armée. Les fournitures de vivres, de fourrage, de munitions, la construction et l’entretien des fortifications de Givet-Charlemont ménageaient de jolis bénéfices et assuraient une ascension sociale certaine. Ainsi Etienne Gillot bourgeois et marchand de Givet qui acheta la seigneurie de Vireux-Wallerand-Hargnies et fit bâtir en 1714 une superbe résidence en bord de Meuse.image002_1_.jpg On le mentionnait alors comme Gillot « DE » Vireux, armoiries à la clé. Le raffinement alla jusqu’à ajouter deux pavillons sur la rive en lisière des jardins, remarquables par leurs jolies toitures en forme de cloche, hélas le pavillon de droite a été détruit.image003_2_.jpg On rencontrait ces petits pavillons (des « cabinets » dans le langage du temps) dans d’autres résidences des Ardennes (jardins des Carmélites de Fumay-photo ci-contre-, jardins de la manufacture royale du Dijonval ou du quartier de l’Ile à Sedan, ci-dessus à droite, au château de Bazeilles…)
On pouvait y goûter les plaisirs de l’isolement, du silence, favorables à la lecture, au délassement ou à la méditation pieuse chez les Carmélites de Fumay…tout un art de vivre !
Alain Sartelet