22-08-2013_05_50_54_-_Copie.JPGPour découvrir cette petite merveille invisible de la rue Méhul, Il faut pousser la porte de la médiathèque de Givet, l’ancienne chapelle Saint-Roch s’offre alors aux regards depuis les fenêtres du rez-de-chaussée. La chapelle appartient hélas à un particulier peu soucieux de la faire découvrir au public. Miraculeusement préservée, elle a été construite en 1635, en pleine période espagnole, elle était réservée aux pestiférés comme le petit cimetière qui l’entourait, l’endroit était alors pour des raisons d’hygiène en dehors des fortifications de Givet Saint-Hilaire. La peste faisait en ces temps des ravages dans nos régions. La chapelle Saint-Roch, comme sa sœur du petit-Givet, est intacte il ne lui manque que son clocher, ne tardez pas à la découvrir, c’est du bonheur !
09-09-2013_13_05_12.JPG Voilà à quoi ressemblaient autrefois dans nos régions les médecins chargés de soigner la peste ! Un épais costume de cuir, un chapeau à larges bords et surtout, un masque de cuir bouilli muni d’un grand bec et de lunettes de cristal, un véritable scaphandre pour éviter d’être soi-même contaminé par la maladie. Une vraie vision d’horreur qui ne devait guère rassurer les malades ! Le bec était creux et rempli d’éponges imprégnées de parfums et d’épices: thym, essences balsamiques, ambre, mélisse, camphre, clous de girofle, laudanum, myrrhe, pétales de rose, vinaigre des quatre voleurs…bref, tout un attirail aussi spectaculaire qu’inefficace ! La peste fit 1100 morts à Mézières en 1633 et 1880 morts à Sedan en 1636. A Givet deux chapelles et deux cimetières durent être créés à l’usage des pestiférés au 17ème siècle…
Alain Sartelet