Lors de la dernière réunion du conseil municipal, nous avons exprimé notre désaccord sur ce projet et émis des réserves sur l'avenir. A l'inverse du maire, nous sommes soucieux de la protection et de la sécurité de nos concitoyens d'autant plus qu'il y a déjà eu un précédent sur cette entreprise dans le passé et de nombreux habitants évacués à l'époque se souviennent encore de l'incendie qui a totalement détruit cette usine en aout 1994. Nous avons frôlé le pire craignant une explosion évitée par l'intervention courageuse des pompiers et services de sécurité.
Plus récemment, nous avons l'exemple de Toulouse où la ville a laissé construire autours de l'usine AZF qui a explosé faisant de nombreux morts. Cela n'étant pas suffisant, nous avons encore connu malheureusement des inondations catastrophiques detruisant des maisons batîes dans une zone inondable en Vendée et faisant plusieurs morts. Cela fut permis par électoralisme par des élus qui se prétendaient eux aussi responsables ...
s95__3_.jpg Pour en revenir à ce projet de lotissement, rue de la fonderie, il n'est pas du tout judicieux de venir mettre à cet endroit un quartier d'habitation sur des terrains qui de tout temps ont eu vocation industrielle. Saluons les anciens maires, Pecqueur, Gaillot, Dekens, Majewski qui ont toujours privilégié l'emploi et gardé ces terrains en cas d'aggrandissement de la Chiers ou l'installation de nouvelles entreprises d'autant plus qu'aujourd'hui, il n'y a plus de place sur la zone Nord. Même si la situation sur le front de l'emploi est difficile, il ne faut pas se démunir de terrains seul espoir d'attirer un investisseur qui ont l'avantage d'être proche du chemin de fer et d'un accès rapide à l'ancienne RN 51.
Comme le prouve nos photos, les maisons de ce quartier se trouveraient coincées pour les premières à quelques métres de batiments industriels utilisant des machines bruyantes ( marteau pilon, frappe à froid), au sud un terminal nucléaire pour le transfert des déchets de la centrale nucléaire et le survol d'une ligne haute tension à 63 KV. . La Dreal a donné un accord en stipulant que même hors du périmétre de sécurité , des risques ne sont pas exclus et demande que les constructions résistent à des effets de surpressions liés aux risques d'explosions, ce qui augmente le prix des pavillons envisagés. A savoir que les terrains en question ont été rachetés par la mairie de Vireux Molhain à la communauté de commune pour plus de 130000 euros, non viabilisés alors que cette dernière les avait acheté pour le franc symbolique à la chambre de commerce ! Bon courage aux futurs propriétaires !
Par le passé des maires responsables et leur conseils municipaux ont fait des études plus judicieuses comme les lotissements à la Montagne des Vignes et de la Chapelle. Il reste encore de la place sur ces lotissements. Et pourquoi ne pas faire une étude sur les Tries de Molhain par exemple ?