<<Mon Amour,
Toutes ces années, tu m'a aimé, tu es restée à mes côtés, tu m'as soutenu dans ma maladie. Sans toi, je serais mort depuis longtemps, j'aurais perdu courage et espoir. A quoi bon vivre ainsi, quand on te tiraille le visage chaque année, quand chaque année, il faut changer de peau?
A quoi bon vivre, quand on a fait tant de mal. J'ai fais le mal pendant toutes ces années. Ton amour me l'a fait oublier, grâce à toi, je me pardonnais chaque jour, mais chaque jour ma faute revenait me hanter et elle était forte de mon silence.
Je n'ai jamais réussi à te raconter tout ce qui s'est passé là-bas. Tu t'en doutes un peu, mais il y a des choses que tu ne peux imaginer. Je sais que t'aimais pas que je te parle de ça, sans doute parceque je n'aimais pas en parler non plus. Y avait tellement de choses à dire, ça se nouait dans ma gorge, je ne savais pas où commencer. Il n'y avait pas de début à cette histoire, qui a commencé avant moi et qui j'en ai peur, continuera aprés moi.
J'ai écrit cette histoire pour toi. J'ai écrit mon histoire pour les enfants que nous aurions aimé avoir et que nous n'avons pas osé faire à cause de ma maladie. J'ai ecrit cette histoire pour les hommes et les femmes d'aujourd'hui, pour les enfants qui viendront. Pour qu'ils sachent. Parcequ'un jour peut-être, ils décideront de ne plus croire tous ces mensonges qui continuent de tuer et de détruire.
J'ai écrit pour les enfants de Reggan, les enfants du désert, ceux qui naissent aujourd'hui et naîtront demain dans un monde ravagé par la pestilence, corrompu par la soif de puissance. J'ai écrit pour tous les enfants de la bombe, les martyrs de l'ére atomique, les pulvérisés et les irradiés. J'ai écrit pour reconnaitre enfin mon visage dans le miroir, malgré les cicatrices, malgré la honte.
J'ai écrit pour quitter ce monde l'âme un peu en paix, et pour pouvoir lui souhaiter un avenir meilleur que celui que notre folie a construit.
J'ai écrit par amour, et pour l'amour, mon amour>>