COMMUNIQUÉ DE PRESSE: INTERCOMMUNALITE : CARTES SUR TABLE !

L’article consacré dans l’Ardennais du 5 novembre 2012 en rubrique « GIVET » concernant « les visions de développement » sur le Nord-Ardennes de Messieurs DEKENS et WALLENDORF – et mettant en cause le territoire Meuse et Semoy en général et les Villes de Monthermé et Bogny en particulier – m’a fait bondir !
J’ai toujours défendu l’analyse que la construction d’un nouveau schéma départemental intercommunal pouvait être une opportunité formidable pour relever les immenses défis démographiques, sociaux et économiques de notre (petit !) département qui, avec ses 283 000 habitants (2 fois moins que Lille intra-muros, environ la population de l’agglo de Reims….) ne peut se payer le luxe d’avoir encore 11 structures intercommunales !

Quelles intercommunalités, oui ? Mais surtout sur quelle logique de bassin de vie et pour quels projets ?

J’ai toujours affirmé que la question n’est pas tant celle des personnes, des « petits » pouvoirs (heureusement par définition démocratique, éphémère…), des étiquettes politiques ou même de la richesse financière du moment (tout peut changer extrêmement rapidement…) que celle de proposer une carte intercommunale cohérente permettant de donner un avenir (oserais-je dire « plus rose » ?) à notre département !

Tout comme une grande agglo Charleville-Sedan est indispensable, autour de ce pôle qui doit être bénéfique pour l’ensemble des Ardennes, il ne faut que 4 ou 5 grands EPCI ayant la capacité démographique et financière à développer des projets d’envergure complémentaire dans un processus de « gagnant-gagnant » ! Et bien entendu parmi ceux-ci, une Communauté de Communes NORD-ARDENNES regroupant les Cantons de Monthermé, Revin, Fumay et Givet s’impose naturellement, territorialement, géographiquement, historiquement, socialement… Oui, il y a bien une cohérence territoriale avec pour fil rouge (cette fois !!!) le fleuve et ses affluents ; oui, nous partageons la même histoire ; oui, nous avons les mêmes problématiques en matière économique ou d’emploi ; oui, nous travaillons déjà ensemble dans un même Pays et plus récemment dans un même Parc Naturel Régional… et oui, pour ne pas être angélique, il y a aussi un important travail à effectuer dans le temps au niveau de la solidarité financière… et enfin, oui, pour être constructif, il existe à cela des réponses techniques par le biais de lissage ou encore de dotations légales !!!

Quant au projet phare qui pourrait et qui doit y être développé, chacun le sait : il est économique ! Dans d’autres secteurs du monde mais aussi de France, cette opportunité géographique (la configuration de Vallée) a été saisie, travaillée en commun, médiatisée et à servi de support à de grands développements. Il n’y a qu’à prendre la Technic Vallée en Haute-Savoie par exemple (800 PME/PMI en clusters sur 40 kms – 18 000 emplois) ou encore la Vallée de Joux dans le Jura (10 000 emplois dans le secteur de l’horlogerie) !

Voilà la seule voie de développement : travailler ensemble, investir ensemble et de manière cohérente pour mettre en œuvre un projet de développement réfléchi! Les richesses financières des territoires concernés - très différentes certes - ne peuvent pas être les seules motivations de nos réflexions… car il est fort à parier, dans ce cas, qu’à court ou moyen terme « les visions de développement » exprimées par les auteurs dans l’article précité ne deviennent que des « illusions de développement… ».

Erik PILARDEAU
Maire de Bogny-sur-Meuse
Président de la Communauté de Communes Meuse et Semoy
Conseiller général des Ardennes

RAPPEL DE L'ARTICLE PARU SUR L'ARDENNAIS