Premier cadeau:
Un a llégement de 13 milliards d'euros de cotisations sociales patronales essentiellement payé par une hausse de la TVA, autrement dit un coup de poignard dans le pouvoir d'achat populaire.
Deuxième cadeau:
La possibilité pour le patronat d'échapper à toute durée légale du temps de travail par le biais d'accord dit de compétitivité. Tout le reste est à l'avenant : matraquage mensonger du coût du travail, règle d'or pour les collectivités locales, nouvelles mesures de déréglementation du marché immobilier sous pretexte de crise du logement.
Tout cela n'est que l'énième et dernier coup de force présidentiel. Les privilégiers et les financiers auront été servis jusqu'au bout. Les salariés n'ont plus rien à attendre de ce pouvoir. C'est maintenant à la gauche de construire une alternative solide et le Front de Gauche va y consacrer toutes ses forces !