Een cause une mesure glissée au beau milieu du plan de rigueur de novembre 2011: le gel du barème de l'impôt sur le revenu pour deux années consécutives 2012 et 2013, soit sa désindexation du taux de l'inflation. En d'autres termes, il n'y a plus d'ajustement de cet impôt à la hausse des prix, qui a pourtant atteint 2,1% en 2011 selon le quotidien. Les familles non imposables jusqu'à présent , outre le fait de goûter pour la première fois aux joies de la feuille d'impôts, risquent ainsi de perdre les aides qui correspondaient à leur tranche des tarifs de cantine aux réductions dans les transports. Les conséquences sont également non négligeables pour des milliers d'autres foyers qui, par effet domino, changeront de tranche et devront payer davantage cette année, note encore le quotidien Le Parisien. Le gouvernement a toutefois rappelé que si la somme dont les contribuables doivent s'acquitter est inférieure à 61 euros par foyer fiscal, ils en sont dispensés, ce qui devrait préserver un certain nombre de foyers jusqu'ici non imposables. Combien ? Il faudra attendre septembre, et l'envoi de l'avis d'imposition pour le savoir. Mais pour certaines catégories de contribuables, notamment les célibataires, l'addition pourrait se révéler bien plus salée; selon les calculs du syndicat national unifié des impôts, la hausse pourrait atteindre 12,5% pour une personne seule. Et un couple gagnant chacun le smic sur treize mois verra son impôt sur le revenu grimper de 60 euros. Plus les revenus sont faibles, plus la hausse d'impôts sera douloureuse affirme le journal. Que devons nous penser de cette situation ? Si rien n'est rectifié c'est tout à fait le contraire de ce qui devrait être fait !!! Plus d'infos sur lemonde.fr