Disparition de la filière STG :Le déclin de la cité scolaire Vauban et de Givet se confirme.

Les socialistes de la section de Givet-Vireux s’associent entièrement aux inquiétudes exposées par les professeurs, personnels administratifs, élèves, parents d’élèves, fournisseurs de la cité scolaire face à la disparition de la filière STG au Lycée et les classes bi langues anglais-allemand, au mépris de la parole donnée par le précédent Recteur.

Nous pensons que ces suppressions ne sont que les prémisses de la disparition dans un second temps de la filière Lettres, pour à terme entraîner la fermeture du Lycée Vauban, afin de remplir les classes du nouveau Lycée de Revin. Et fermer le Collège de Vireux pour ne conserver qu’un seul Collège dans le canton.

Nous nous élevons contre cette politique de démantèlement progressif du service public. Nous rappelons que l’existence d’un établissement scolaire sur un territoire ne doit pas être réduite à une question comptable, mais doit aussi tenir compte des effets de sa présence sur le tissu social, culturel et économique. Nous pensons que cette décision constitue un contresens absolu de ce qu‘il faudrait faire actuellement pour relancer l’attractivité et le développement de notre territoire et de notre canton.

Pense-t-on pouvoir attirer de nouvelles activités économiques, des investisseurs, des cadres ou même de retenir ceux-ci si le Lycée le plus proche se situe à 35 kilomètres ? Ou pour la commune de Vireux si le Collège le plus proche sera situé à 10 kilomètres ? Quel intérêt d’habiter dans ces communes si on supprime les équipements publics qui participent à la richesse et à la spécificité de leur territoire ? Qui paiera le transport des lycéens du canton qui devront se rendre à Revin ?

A ce propos, il est intéressant de rappeler que les deux vice-présidents UMP du Conseil Général des Ardennes C. Wallendorff et B. Ravignon, qui aujourd’hui jouent les vierges effarouchées face à la disparition de la filière STG ont voté pour 2011 la fin de la gratuité des transports scolaires  pour les lycéens prise en charge par le Conseil Général. De même, ils ont validé la suppression en 2011 par les services du Conseil Général d’un poste d’agent d’entretien à la cité scolaire.

Au-delà, on ne peut que s’interroger sur le fait que Monsieur B. Ravignon, conseiller technique au « développement durable » auprès du Président de la République, ait si peu de pouvoir d’influence ou de persuasion qu’il se trouve réduit à écrire au Recteur de notre Académie pour faire croire qu’il agit pour notre canton à quelques mois des législatives. Ne rencontre-t-il jamais le Président de la République ou le Ministre de l’Education Nationale ? Pourquoi ne leur glisse-t-il pas que la spécificité de notre territoire et la gestion de ses équipements ne peut se faire sur le coin d’une table au fond d’un bureau obscur ? Mais peut-être ne connaît-il pas notre territoire ? Gageons qu’avant les législative de 2013 celui-ci trouvera le temps de venir nous visiter.

En outre, Monsieur le Maire de Givet (Directeur des services de la Communauté de Communes et (ex Président de l’ AGESPANA) qui promettait beaucoup lors de la fermeture du CEC grâce à la gestion d’un contrat de site et d’un fonds de 5 millions d’euros était-il si occupé pendant ces dernières années qu’il n’a rien fait pour permettre le développement économique du territoire (à part l’accueil d’un incinérateur) et aider au développement de nouvelles formations : Sait-il qu’ailleurs les Communes et les Communautés de Communes favorisent avec les Rectorats ou Universités l’implantation de troisième cycle universitaire (DEUG, BTS), la création de cycles de formations innovantes ou de formations liées aux besoins de leurs territoires (par exemples la filières médico-sociale).

Faudra-t-il toujours constater que les principaux élus de notre territoire (apparentés à la majorité UMP) s’inquiètent de nos problèmes la veille d’élection ou quand il est trop tard pour faire quelque chose ? Devra-t-on toujours se contenter qu’ils invoquent la fatalité ou la crise pour justifier la mort de ce territoire ? Le rôle d’un élu n’est-il pas d’anticiper ces problèmes et de proposer un projet cohérent de développement sur le long terme pour ce territoire afin d’offrir à ses habitants une perspective d’avenir, loin des politiques actuelles de saupoudrage et de clientélisme ?

Givet, le 28 janvier 2012

Pour la section Le secrétaire Joël DUJEUX