Lettre aux acteurs et décideurs locaux et nationaux

Suite aux informations communiquées lors du Conseil d’Administration extraordinaire du mardi 17 janvier 2012, les représentants des personnels enseignants du Lycée Vauban de Givet s’opposent au transfert de la filière STG (Sciences et Technologies de la Gestion) vers le lycée de Revin, et ce dès la rentrée 2012.
Les représentants des personnels enseignants souhaitent porter à votre connaissance les effets directs et indirects induits par cette décision, ainsi qu’un certain nombre de craintes quant à l’avenir de l’établissement, situé à la pointe des Ardennes.
Alors qu’en contrepartie du départ des militaires du CEC de Givet, en juillet 2009, un accord de site avait été signé dans lequel l’Etat et les élus s’engageaient à ne plus supprimer d’emplois publics, force est de constater qu’en 2012 la parole donnée est remise en cause.
Comme les élus le savent, le contexte socio-économique de la Pointe est très particulier. Est-il judicieux d’ajouter une difficulté supplémentaire aux familles et aux élèves en les obligeant à effectuer quotidiennement de longs, coûteux et fatigants trajets ?
Cette décision unilatérale, qui n’a pas fait l’objet d’une délibération en Conseil d’Administration, met en danger la pérennité du Lycée Vauban. En effet, comment penser que des élèves qui envisagent d’intégrer la filière STG viennent s’inscrire en classe de seconde dans un établissement qui ne proposerait plus ce choix ? Le risque est grand de perdre des effectifs tous niveaux confondus.
Depuis plusieurs années, le Lycée Vauban est équipé pour accueillir tous les élèves (y compris les élèves handicapés). Or actuellement le Lycée de Revin ne l’est pas… Où iraient les élèves handicapés qui demanderaient une filière STG ?
Face au démantèlement progressif qui conduira à la fermeture du Lycée Vauban, les représentants des personnels enseignants souhaitent interpeller les élus locaux et nationaux sur un problème qui dépasse de loin le strict cadre de l’aménagement et de la cohésion du territoire.
Veuillez croire, Mesdames et Messieurs, à l’assurance de nos sentiments les meilleurs.

Les représentants des personnels enseignants.