Une nouvelle fois, le serpent de mer refait surface et je rejoins le cheminots de Givet lorsqu'ils affirment que cela ressort uniquement d'une volonté et d'une décision politique. Je rejoins également <<vu du Paradou>> lorsqu'il est dit que les horaires, le nombre de trains n'étaient pas bien pensés ! (Ardennais du 07 septembre 2011).
En quelques mots, les dessertes ferroviaires, telles qu'elles ont été tracées, ne répondaient en rien aux exigences et souhaits exprimés, tant en matière du nombre de train, tant en matière d'horaires, tant en matière de correspondances aux deux extrémités que sont Charleville et Dinant.
Le service public n'a de pertinence que s'il répond aux besoins revendiqués par ses usagers et usagers potentiels. Si c'est le cas, les usagers utiliseront ce moyen de transport collectif, très peu polluant, très peu énergivore, très peu accidentogène ! Et avant d'être rentable financièrement, il le sera socialement.Remorque_autorail_decauville_xrbd.jpg
Mais avant de dire que l'on va relancer les Belges <<manière insidieuse de montrer la paille qu'ils ont dans l'oeil pour masquer la poutre que nous avons dans le nôtre >>, il faudrait que nous ayons déjà une très forte volonté politique de faire fonctionner et de remettre en état le tronçon Charleville-Givet. En effet, j'affirme ici que les usagers ne voyagent plus dans des conditions de sécurité optimales.
Je suis cheminot retraité, j'étais contrôleur sur cette ligne jusqu'à fin 1987, lorsque j'ai quitté la région la région, j'ai travaillé avec les autorails <<Picasso>> ainsi qu'avec les célèbres trains des <<cow-boys>> avec en hiver un fourgon chaudière <<la cocotte minute>> pour assurer le chauffage des voitures.
Désormais le matériel roulant est un matériel moderne, confortable et rapide, et l'on pourrait réduire de beaucoup les temps de parcours, et en utilisant au mieux la vitesse de 100 km/h permise par cette ligne. Au lieu de cela, ils sont rallongés et avoisinent ceux de années 75/80. Pourquoi sont ils rallongés ?autorail-x-73500-ter-champagne-ardennes-sncf.jpg Uniquement à cause de l'absence d'entretien de l'infrastructure et de son environnement qui oblige la mise en place de ralentissement de 60, 40 et 10 km/h qui sont devenus permanents depuis environ un an. Cette situation risque de perdurer car plus aucun train FRET ne circule sur cette ligne, en effet, des trains lourds impliquent un entretien quasi permanent. Si nous n'y prenons garde, la ligne pourrait être déclassée et au lieu des 100 km/h permis aujourd'hui, nous tomberons dans des vitesses inférieures pratiquées il y a 40 ans...A SUIVRE...