Avez-vous remarqué que les êtres humains, nous avons une énorme capacité pour "retourner en arrière", pour évoquer les étapes déjà vécues de notre vie pour revoir, en fermant les yeux, les visages d'amis si longtemps oubliés ou pour frémir en écoutant certaines chansons que plus personne ne chante ?
C'est comme si, tout à coup, une porte s'ouvrait dans notre mémoire et tous les souvenirs venaient à nous pour nous rappeler des airs enfantins que nous fredonnons soudain par coeur, ou pour voir surgir du fond des ans, le sourire de notre mère bien aimée...
Et quelquefois, il suffit simplement de sentir un arôme ou de goûter un mêt, pour que la porte de la mémoire s'ouvre à deux battants et pour qu'un tas de surprenantes sensations nous envahissent. Alors, un feu d'artifice d'odeurs et de saveurs retrouvées explose dans notre tête et nous transporte, tout d'un coup, dans la vieille et chaude cuisine familiale.
yleroux__2_.jpg Vous souvenez-vous des petite déjeuners de notre enfance ? Des tartines beurrées et de la confiture maison de quetsches, de mûrons, de mirabelles ou encore de groseilles ? Et les tartines de cassonade qui fondait dans la grande tasse de café au lait ( avec de la chicorée, comme il se doit !). Mon frère adorait ces potées de pain qui étaient à point quand la cuillère tenait toute seule au millieu du bol ! Mais le petit déjeuner super, c'était les grosses tartines coupées au millieu de la bûche, là où la mie est plus tendre, bien garnies de beurre et de maroilles coulant, trempées dans du café au lait bien chaud et bien sucré. C'était un délice ! Il n'y a rien de meilleur pour un petit déjeuner "comme il faut". En fait c'est encore celui que je préfère quand je vais en France, malgré que demander des tartines de maroilles dans une cafétéria parisienne ne doit pas être du tout évident !! J'ai transmis la tradition à mes enfants qui, eux aussi, raffolent du p'tit déjeuner ardennais, bien que ce ne soit nullement habituel dans mon pays.
ymeunier__2_.jpg Et que dire des jours de fête, avec les délicieuses tartes ou galettes aux pommes, aux prunes, à la rhubarbe, aux groseilles et, surtout, la reine : La tarte au sucre !
Il faut si peu de chose pour faire une bonne "tarte au suc' " : De la farine, des oeufs, du beurre, du sucre, la grande table de la cuisine pour pêtrir la pâte, le four de la cuisinière à charbon et...les mains expertes d'une ardennaise. Toutes les voisines les faisaient à la fête de Vireux et, par les portes ouvertes, l'odeur des galettes se répendait dans les rues du village et ...ça sentait si bon ! Dans la vallée, une bonne tarte est indispensable quand on reçoit une visite, ainsi qu'une bonne tasse de café et si l'hôte est généreux, un petit verre de "goutte".
Il y a tant de bon plats à découvrir dans cette région si inconnue pour beaucoup de Français :
- Les frites...délicieuses si elles sont cuisinées avec du saindoux et de la graisse de cheval, comme dans le temps; la soupe"passée" faite avec les légumes pleins de fraîcheur du potager familial; le pâté ardennais (hummmmm, j'en ai l'eau à la bouche rien que d'y penser !); les pieds de porc pannés qu'un charcutier venait vendre toute les semaines dans sa grande voiture noire, transformée en une impeccable charcuterie ambulante; le boudin d'Hargnie, si savoureux quand on le mange crû; les crêpes fourrées de sucre, chaudes et tendres comme je les aime;yleroux__1_.jpg la tarte au maroille qui embaume toute la maison; les chicons au four ou en salade, dont j'ai appris bien plus tard qu'en dehors des Ardennes, ce sont des endives; la salade au lard faite avec des pisselits;et la bière ( ma préférée ; la Gueuse...un p'tit clin d'oeil à la Belgique si proche !), le cidre doux et la "goutte" appelée le "52" faite avec des quetsches ou des pommes de la vallée...
Avant de finir, permettez moi un petit souvenir pour les galettes Rogeron de mon enfance, les groseilles à maquereau que nous mangions presque vertes, ce qui avait quelquefois de bien "funestes" conséquences, les grosses tiges de rhubarbe que l'on suçait en grimaçant, les incomparables fraises des bois d'Ardennes..je n'ai jamais retrouvé leur arôme... et surtout,surtout la michtrolle que j'adore encore et qui est si difficile à trouver aujourd'hui ! La dernière fois que je suis allée dans la Pointe, beaucoup de gens ne savaient même plus ce que c'était ! Je l'ai enfin trouvée dans une petite épicerie d'Heer-Agimont et j'ai emporté toute la michtrolle qui restait à la grande surprise de l'épicier ! Vous allez me dire qu'il y a bien d'autre friandises dans les Ardennes, et vous avez certainement raison mais, savez-vous ?, Chacun a ses goûts et je viens de vous raconter les miens ! Et les vôtres ?
Bon appétit à tous !
-Raquel Polo-