Quand la terre, dure comme les pierres à cause des successives gelées, commence à ramollir et quand les grandes prairies de la vallée regorgent d'eau; quand les ruisselets transparents surgissent de partout et se faufilent entre l'herbe tendre; quand le Deluve et le Viroin, toujours aussi tranquilles, se transforment soudain en deux petits torrents pressés d'arriver à la Meuse; Quand les jonquilles forment des tapis jaunes dans les bois d'Aubrives et quand les primevères et les timides violettes naissent dans les sous-bois; quand les boutons d'or et les genêts rivalisent dans leurs beaux habits dorés et, surtout, quand dans les monts d'Hargnies s'annoncent les premiers muguets si fragiles...Alors mes amis, humez la brise fraîche, contemplez le ciel changeant et réjouissez vous...le printemps vient d'arriver en Ardenne !
-Raquel Polo-