Quand j'étais petite, à Vireux, il y avait deux nids d'hirondelles, adossés l'un à l'autre, dans un coin de la fenêtre de la chambre de mes parents. Au printemps, nous écoutions les cui-cui des petits pouillons et nous attendions en silence pour voir leurs minuscules têtes chauves. C'était, pour mes frères et pour moi, comme un petit miracle de la nature.
Quelquefois, les voisines disaient à ma mère : " Mais, Madame Polo, il faut détruire les nids avec le balai quand ils sont vides pour qu'elles ne reviennent pas, ces nids, c'est de la "cochonceté" !
Mais ma mère, toujours si douce même avec les petites bêtes, n'ouvrait qu'un battant de la fenêtre pour ne pas les déranger !
-R.C.Polo-