Vouloir se pencher sur le problème des personnes âgées dépendantes serait une excellente idée, si le financement du projet n'était pas aussi catastrophique !!! En refusant toute augmentation des cotisations sociales (CSG et cotisations patronales ), comment trouver l'argent pour financer cet ambitieux projet ? Faire payer les familles et se payer sur les héritages ? Non...Avoir recours aux assurances privées ? Oui...Pour compenser l'impossibilité rencontrée par de nombreuses familles à supporter cette charge, plusieurs députés UMP ont proposé l'instauration d'une nouvelle journée de Solidarité non payée...Dans ce cas, seuls les salariés financent le projet !!!mr2.jpg. Mais N.Sarkozy préféra faire appel au secteur privé . Le rapport de Valérie Rosso-Debord présenté au gouvernement propose l'obligation dès l'âge de 50 ans, de souscrire une assurance privée dite de " perte d'autonomie ". le refus, selon la Fédération hospitalière Française, entre 2003 et 2007, par le service public de créer des places d'hébergements pour personnes âgées dépendantes, a permis au secteur privé d'augmenter de 61% les siennes . Dans le secteur public, la somme restant à la charge de la famille est environ de1430 €/mois, tandis que dans le privé, elle s'élève à 2007 € ! Pour augmenter les bénéfices, on y diminue au maximum le personnel au détriment du confort des résidents . Et si les sociétés privées viennent à financer dès le premier euro, la branche dépendance, c'est la qualité des soins qui sera en danger !mr1.jpg Les assureurs, refusant d'être des "payeurs aveugles", ils exigent de structurer eux-mêmes les services médicaux selon leurs critères . Ils décideront ainsi, à la place des médecins, de l'utilité d'un examen (scanner, par exemple ) pour le rembourser ou non ...L' Amérique frappe à notre porte, ne lui ouvrons pas !