Vireux Rive Gauche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 25 mai 2017

20 octobre 1966 : Jour-clé à la Centrale de Chooz. Article de Monsieur Robert Gesnot

The_complete_Atomic_Basie.jpgIl en va de la perception des centrales nucléaires comme pour d’autres installations technologiques : elle varie avec le temps. La crainte de l’accident nucléaire, passée de probabilité à fait établi depuis Three Mile Island en 1979, a ressurgi après les catastrophes de Tchernobyl en 1986 et Fukushima en 2011. Dans un pays comme la France, traditionnellement divisé sur la question entre ceux qui considèrent que le nucléaire représente des dangers inacceptables et ceux qui pensent que l’indépendance énergétique, la stabilité du prix de l'électricité, justifient la poursuite de l'activité, l’équilibre constaté dans les années 2000 - après que la peur réapparue après Tchernobyl se soit un peu estompée et que d’autres menaces ( changement climatique, pollution…) l’aient concurrencée – est en train d'être rompu, 80 % des Français jugeant désormais le nucléaire comme une technologie à très haut risque, tout en estimant, pour moitié d’entre eux, avec pragmatisme ou fatalisme - et appréhension toujours - que l’on ne peut y renoncer totalement pour l’heure.

Lire la suite...

mercredi 24 mai 2017

1789, Vireux sous la révolution ...(7)

RV0.jpegandre.jpg


Septième volet de Vireux sous la révolution de 1789. Recherches d'André Majewski publiées en 1990.

Lire la suite...

lundi 22 mai 2017

Les Débuts du Cinéma dans les Ardennes 1900-1914. Article d’Henri Manceau

KINO.JPGNé à Marquigny (Ardennes) le 9 décembre 1907, Henri Manceau a été professeur à l’Ėcole Normale de Charleville et historien du mouvement ouvrier. Il était particulièrement intéressé par l’histoire sociale et la vie quotidienne. Plusieurs de ses ouvrages et articles ont pour objet d’étude les Ardennes (Des luttes ardennaises, trois siècles d’histoire, Éditions Sociales, Paris 1969…où encore L’opinion publique dans les Ardennes, 1789-1795, Etudes Ardennaises 1958). L’article Dans les Ardennes Les Débuts du Cinéma 1900-1914 - reproduit ici - est paru dans le numéro 208 de la revue l’Automobilisme Ardennais du 3ème trimestre 1973. Il exhume la figure d’un talentueux réalisateur et metteur en film populaire né en 1862 à Fumay, Victorin Jasset, à qui l’on doit, à partir de 1909, la réalisation de 10 aventures du détective Nick Carter et celles de Riffle Bill, le roi de la prairie.
A Mézières, au début du XXe siècle, la salle de projection située Square du Pont-de-Pierre était Le grand Cinéma Attractions ; elle s’est appelée ensuite l’Alhambra, avant de disparaître. Dans les années 1980, subsistait, avenue Jean Jaurès, l’Omnia, anciennement Pathé Attractions - couloir interminable, balcons, fauteuils en velours rouge - reconvertie aujourd’hui en salle de concert.

Lire la suite...

vendredi 19 mai 2017

1789, Vireux sous la révolution ....(6)

RV0.jpegandre.jpg


Sixième volet de Vireux sous la révolution de 1789. Recherches d'André Majewski publiées en 1990.

Lire la suite...

mardi 16 mai 2017

Centenaire de la guerre 1914-1918. Hauts-Buttés 1914 : La résistance des humbles

En 1976 était publié dans l’Ardennais un article sur la résistance dans le secteur de Monthermé pendant la Grande Guerre signé C. Schotte, dont on peut supposer qu'il était lié par parenté avec René Charles Schotte, inscrit sur le Monument aux Morts des Hauts-Buttés pour la guerre 1914-1918. En 1915, les Ardennes sont sous occupation Allemande et depuis le 1er janvier, Fumay et la Pointe de Givet sont rattachés au gouvernement général de Belgique. L’article de Monsieur Schotte n’ayant pas fait l’objet d’une nouvelle publication depuis, il a semblé opportun d’y pourvoir dans le cadre des commémorations du centenaire de la guerre 1914-1918.

Plaque_Hauts_Buttes.jpg

Hauts-Buttés 1914 : LA RESISTANCE DES HUMBLES

" En 1914, la Sœur supérieure de l’Hospice des Hauts-Buttés se nommait Sœur Marie-Angèle. Le nouveau curé était l’Abbé Gonon, l’adjoint spécial Rophidal. Comment devaient-ils réagir devant l’événement ?

Lire la suite...

jeudi 11 mai 2017

1789, Vireux sous la révolution ....(5)

RV0.jpegandre.jpg


Cinquième volet de Vireux sous la révolution de 1789. Recherches d'André Majewski publiées en 1990.

Lire la suite...

lundi 8 mai 2017

1939-1945 dans la Pointe de Givet (suite)

« Au peuple qui se satisfait des explications les plus simplistes et préfère accuser de lâcheté ou de trahison les exécutants, plutôt que de nullité ou d’imprévoyance les dirigeants, on jettera donc des têtes et des noms, avant qu’il ait pris conscience de l’ampleur de la catastrophe. »
Jean Amouroux – Le peuple du désastre 1939-1940.

CarteEFThArdennaise.JPG

Les faits relatés dans le présent billet nous éloignent un peu géographiquement de la Pointe de Givet, mais certains de leurs témoins ou intéressés y avaient des attaches, raison pour laquelle il ne paraît pas inapproprié de les exposer dans cet article. Lors du repli et de la débâcle de 1940, dans un contexte où la trahison pouvait facilement servir d’explication au sidérant effondrement de l'Armée Française, des propos et actes constitutifs d’intelligence avec l’ennemi et de trahison, où seulement suspectés tels, ont pu aboutir à l’exécution de leurs auteurs. Une enquête interne aux Douanes de 1950 (documents scannés en fin d'article), lacunaire, menée notamment par le lieutenant MOINET en poste à Givet, se penche sur le sort de Monsieur Jean LEY, agent des douanes, peut-être passé par les armes après avoir été emprisonné à RUMIGNY (Ardennes), pour avoir été surpris coupant des fils téléphoniques. Son identité Alsacienne renforçait les présomptions de culpabilité qui pesaient contre lui, suspect à priori de complicité avec l’Allemagne du fait de la germanisation subie par les Alsaciens-Mosellans-Lorrains entre 1870 et 1918. Après 1945, la nécessité de panser les blessures du pays et l’historiographie officielle amèneront, et ce jusqu’au milieu des années 1970, à jeter un voile sur le sort tragique de ces français convaincus, parfois sans véritable fondement, de déloyauté.


Lire la suite...

samedi 6 mai 2017

1789, Vireux sous la révolution ....(4)

RV0.jpegandre.jpg


Quatrième volet de Vireux sous la révolution de 1789. Recherches d'André Majewski publiées en 1990.

Lire la suite...

jeudi 4 mai 2017

Merci madame Claudine Declef pour votre contribution de passeur de l'histoire.

CD1.JPGEn faisant des recherches sur l'aviateur anglais John Cave tombé dans la région de Givet en 1943, Google m'a renvoyé sur la page de votre site(article de Jérôme Camus du 2/5/17). Je possède un foulard en soie appartenant à l'aviateur John Cave..CD2.JPG Sur ce foulard est imprimée d'un coté la carte de France et de l'autre le carte de l'Allemagne. C'est mon père René Hubert qui a "trouvé" le parachutiste John Cave et il l'a confié M. Delocquer. Mon père a écrit sur le foulard le nom et l'âge de l'aviateur recueilli : John Cave 22 ans né en Nouvelle Zélande - raid sur Nuremberg le 11 août 1943. Ma grand-mère m'avait parlé de la remise à un réseau de résistant de cet aviateur.
Cordialement,
Claudine Declef née Hubert (café du rivage à Givet)

Lire la suite...

mardi 2 mai 2017

1939-1945 dans la Pointe de Givet (suite)

Gaston_Barre_2.jpg

Poursuite de la publication de documents ayant trait à la résistance dans la Pointe de Givet durant l’occupation Allemande avec deux témoignages, l’un, manuscrit, relatif aux actions de la famille Dubois-Barré et plus particulièrement de Madame Simone Dubois née Barré, domiciliée après guerre rue Edmond Guyaux à Vireux-Wallerand, dont le père, Monsieur Gaston Barré, brigadier des douanes, membre du mouvement de résistance intérieure OCM (Organisation civile et militaire), médaillé à titre posthume de la Résistance par décret du 31 mars 1947, a été arrêté en novembre 1943 et déporté au camp de concentration de Natzweiler-Struthof (Alsace) où il est décédé le 2 avril 1944, l’autre, dactylographié, afférent aux actes de Monsieur Eugène Lardenois, herbager à l’époque des faits route de Philippeville à Givet, domicilié en 1976 rue Oger à Givet. Le premier témoignage redit les conditions dans lesquelles deux aviateurs anglais ont été recueillis et cachés (billet précédent), et précise le rôle de « passeur-filièriste » de Madame Dubois. Le second complète le témoignage de M. Roger Declef (1er billet) en s’attardant sur le rôle joué par M. Lardenois dans les dernières heures de l’occupation à Givet. Les documents originaux sont scannés en fin de billet.

Lire la suite...

lundi 1 mai 2017

Le 1er mai 1891 à Fourmies, l'armée tire sur la foule !

SAM_1130.JPG
Nous sommes le 1er mai 1891. A 9 heures, la plupart des ouvriers de la ville sont en grève. Une seule filature reste en activité. Après une échauffourée avec les gendarmes à cheval, quatre manifestants sont arrêtés. Le premier slogan de la journée, « c’est huit heures qu’il nous faut » est alors devenu « c’est nos hommes qu’il nous faut ». Le reste de la journée se déroule sans aucun incident majeur.

Lire la suite...

dimanche 30 avril 2017

1789, Vireux sous la révolution ....(3)

RV0.jpegandre.jpg


Troisième épisode de Vireux sous la révolution de 1789. Recherches d'André Majewski publiées en 1990.

Lire la suite...

vendredi 28 avril 2017

rue de l'Egalité anciennement rue du Mesnil par Bernard Rosa

rue_Egalite.jpg
J’ai retrouvé dans mes documents cette photo qui montre bien la maison qui s’était effondrée rue de l’Egalité, suite à un affaissement du tunnel qui menait à la carrière. 
On distingue à peine, sur la droite, les femmes prenant de l’eau à « la borne ». C’était un lieu de vie propice aux bavardages à cette époque.
Toutes mes meilleures amitiés.
Bernard Rosa

Lire la suite...

mercredi 26 avril 2017

1789, Vireux sous la révolution ....(2)

RV0.jpegandre.jpg


Deuxième épisode de Vireux sous la révolution de 1789. Recherches d'André Majewski publiées en 1990.

Lire la suite...

samedi 22 avril 2017

1789, Vireux sous la révolution ....

RV0.jpeg
En cette période électorale où tous les espoirs sont permis, je vous livre ci-dessous les travaux d'André Majewski concernant Vireux sous la révolution de 1789.andre.jpg Cette histoire sera publiée sous forme de feuilleton car trop important que pour la livrer en une seule fois. André, une fois encore nous démontre s'il fallait encore le prouver, toute sa sagacité et tout son talent à nous faire revivre cette période, où les gens sans grades allaient écrire la plus belle page de l'histoire française. Voici donc le premier épisode. Je tiens à remercier André Cognot pour m'avoir permis d'emprunter l'ouvrage qui est en sa possession. Le récit fut préfacé par le Docteur Gaillot, Ancien maire de Vireux-Molhain qui fit un bel éloge et du travail fourni et de l'homme qui l' a fait...

Lire la suite...

dimanche 16 avril 2017

"Plus de 16 avril 1917" par A.M. Deroux

AMD16417.jpeg

Lire la suite...

samedi 15 avril 2017

Philippe Licot, dernier prévôt de Hierges (3/3)

andre.jpg Voici le dernier épisode de l' histoire de Philippe Licot, dernier prévôt de Hierges qu' André Majewski nous a laissé témoignant ainsi de la richesse de ses recherches historiques.
D'autres récits historiques écrits par André seront bientôt publiés en sa mémoire. Des écrits toujours aussi passionnants.

Lire la suite...

mercredi 12 avril 2017

1939-1945 dans la Pointe de Givet (suite)

couteau_parachutiste_anglais.JPG couteau anglais ayant appartenu à un des deux parachutistes recueillis et cachés

Le témoignage ci-dessous recoupe - en ce qui concerne les jours qui ont précédés immédiatement la libération - celui, publié précédemment, de Monsieur Roger Declef, maire de Givet sous l’occupation. De par les fonctions exercées par son auteur, officier des douanes, il met l’accent sur la lutte de ce corps contre l'occupant entre 1943 et 1944, tout en relevant les actes des résistants venus d'autres composantes de la société française, et l'engagement des femmes.
Son état de conservation autorise une lecture relativement plus aisée ; cependant, là aussi, il est possible de disposer d'une nouvelle copie dactylographiée. A sa suite, on découvrira une attestation relatant les faits de résistance du brigadier des douanes René Roguin. Il est intéressant de noter que dés la libération, les chefs de secteur de la résistance – en l’occurrence ici Monsieur Vigneron – recueillent les témoignages d’activité des résistants sous leurs ordres ; entreprise ( que le retour des partis en novembre 1946 mettra à mal ) visant à être partie prenante dans le rétablissement d’une société expurgée des individus compromis avec l’ennemi et à incarner le renouveau à travers des hommes issus de ses rangs.


" Septembre 1944 Le Capitaine des Douanes CAMUS Paul,
A Monsieur VIGNERON *, Chef de Secteur de la Région de GIVET
Mouvement « Libé-Nord »

Lire la suite...

dimanche 9 avril 2017

Philippe Licot, dernier prévôt de Hierges (2/3)

andre.jpg


Voici la seconde partie de l'article qu' André Majewski nous a laissé témoignant ainsi de la richesse de ses recherches historiques.


Lire la suite...

vendredi 7 avril 2017

1939-1945 dans la Pointe de Givet

givet_plaque_commemorative.JPG
En examinant des archives familiales, des tapuscrits relatifs aux années 1943 et 1944 m’ont parus susceptibles d’intéresser les familiers de ce blog. Ces documents rédigés entre 1944 et 1979 par des témoins et acteurs directs donnent un éclairage particulier aux mois, semaines ou simples journées qui ont précédés la libération dans la Pointe de Givet. Leur état de conservation rendant la lecture malaisée, le choix d’en proposer une nouvelle copie dactylographiée - la plus respectueuse possible dans la forme – s’est imposé. Toutefois, les documents originels seront présentés scannés, à la suite de la copie. La production de ces documents, si elle devait se poursuivre, devrait nécessiter plusieurs billets. Un premier tapuscrit, daté du 8 septembre 1944 et intitulé '' La Vie à Givet durant les 8 jours qui ont précédé la libération ", est dû à Monsieur Roger DECLEF, maire de Givet sous l’occupation, qui a, par ailleurs, laissé un récit précis des événements conservé aux Archives nationales. J’ai pu commettre des erreurs de transcription dues à l’effacement de l’encre avec le temps, en particulier sur les noms propres, les noms de lieux et les marques, aujourd’hui disparues, de matériels. Merci à ceux qui voudront bien les signaler pour correction. A une ou deux reprises, plutôt que conjecturer, j’ai préféré remplacer par des points de suspension, un nom ou un mot illisible dans une phrase, sans que le sens général, je l'espère, ait à en souffrir.

« LA VIE A GIVET DURANT LES 8 JOURS QUI ONT PRECEDE LA LIBERATION »
MERCREDI 30 AOUT
...

Lire la suite...

- page 1 de 16