Vireux Rive Gauche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 10 janvier 2020

3gédie sans fin

5G.jpgDans son édition du 04/09/2019, l’Ardennais informait que les travaux de raccordement optique avaient démarré allée Charles Bruneau à Vireux-Wallerand, et que cela constituait la première étape dans le déploiement d’Internet à très haut débit.
Pour ceux qui en ont fait leur cheval de bataille, cet avènement va bouleverser nos zones rurales et periurbaines qui de out se réveilleront in. Pour les autres, ce cheval a des allures de veau d’or et concourra à la catastrophe écologique en cours sans améliorer en rien la situation économique de ces territoires, bien au contraire.

Avant de revenir sur la disparition des services et des emplois de proximité que ce déploiement va amplifier, on doit se poser la question de la justification de l’Internet à haut débit pour une population dont « les besoins », à l'exception peut-être des entreprises, sont couverts par un ADSL ou une 2G, moins énergivores.
Le numérique, comme le souligne Mathieu Amiech, a une responsabilité croissante dans la catastrophe écologique : « Derrière les interfaces, écrans, réseaux, il y a l’extractivisme et le renouveau de l’industrie minière qui ajoute à l’extraction des métaux traditionnels celui (principalement en Afrique) des terres rares, lithium, tungstène, nécessaires à cette technologie, en générant des catastrophes écologiques ».
Le numérique représente actuellement 10 à 15 % de l’électricité consommée dans le monde. On observe un doublement de cette part tous les quatre ans, doublement que le déploiement (après celui de la 3G) de la 4G puis de la 5G va accélérer. Pour cette seule raison, il conviendrait au contraire de l’empêcher, ce qui, en France, serait se conformer à la doctrine de la transition écologique de l’Etat, dont on relève une fois encore la position schizophrénique puisqu’il organise ce déploiement qui achève de rendre l’accès aux services publics impossible autrement que par internet.

Lire la suite...

lundi 6 janvier 2020

La lutte des classes selon Macron...

cgt9120.jpeg

Lire la suite...

dimanche 5 janvier 2020

Reforme des retraites: Les propositions de la CGT

RE1.jpeg
Une alternative est possible. La CGT ne se contente pas de critiquer mais elle apporte des propositions pertinentes qu'il est bon de connaitre.
Merci à Jean Souttre pour nous avoir transmis ces documents.

Lire la suite...

samedi 4 janvier 2020

Reforme des retraites: Macron nous ment, macron nous vole !

RE8.jpeg
retraite_2.pdf

Merci à Jean Souttre pour nous avoir transmis ces documents.

Lire la suite...

lundi 30 décembre 2019

Vers la fin de la politique de l'eautruche ?

Atlas_eau_2019.jpg
Part de la population ayant accès à des services en eau potable en 2019

Le rapport 2019 de l’Unesco remis en mars dernier constate que 2,1 milliards de personnes - principalement en Afrique - n’ont pas accès durablement à l’eau potable propre et qu’au moins 4 milliards de personnes ont été confrontées à des pénuries pendant au moins un mois au cours de l’année. Souvent ces personnes doivent acheter l’eau en bidon ou en bouteille à un prix vingt fois plus élevé alors qu’elles sont employées à la production de marchandises nécessitant un volume d’eau très important (par exemple celle de vêtements en Inde), destinées à l’exportation vers les pays riches.
En Amérique du Sud et en Asie, des disparités existent entre pays et la part de la population ayant accès à des services d’alimentation en eau potable varie de 76 % à 99 % selon la présence ou non de bidonvilles et leur importance. En Amérique du Nord, en Europe, cette part de la population monte à plus de 99%.
Mais avoir accès à ces services, même en Amérique du Nord et en Europe occidentale, ne signifie pas que tous consomment de façon satisfaisante et en permanence une eau potable. En France, quand bien même la loi Brottes de 2013 interdit aux fournisseurs de couper l’accès à l’eau en cas d’impayé, l’incapacité de régler les factures d’eau dans laquelle se trouvent des familles toujours plus nombreuses en situation de surendettement et de paupérisation (la réduction des charges pour les entreprises des gouvernements Fillon, Valls, Philippe, n’a pas accouché au plan national de la création de richesse prévue et les emplois créés sont majoritairement précaires et faiblement rémunérés), les oblige à réduire si drastiquement leur consommation que les besoins élémentaires ne sont plus couverts.

Lire la suite...

jeudi 26 décembre 2019

Retraite: Contre-projet de la France Insoumise

Capture.JPGSous couvert de simplification, le gouvernement veut imposer une réforme des retraites régressive. Les annonces du Premier ministre sont claires : cette réforme aura pour conséquence une baisse des pensions et un recul toujours plus important de l’âge de départ à la retraite.Capture_rm1.JPG
Capturerm2.JPG
Capturerm3.JPG Le contre-projet de réforme des retraites de La France insoumise inclut le départ dès 60 ans, aucune retraite inférieure au seuil de pauvreté, et pour une carrière complète, aucune retraite inférieure au SMIC, une extension de la reconnaissance de la pénibilité, l’intégration des trimestres au RSA dans le calcul de la retraite, ou encore la suppression de la double peine de la décote. Ce projet est défendu avec des solutions de financement. Le gouvernement doit retirer son projet ! Il ne correspond en rien au modèle social français. Dans les pays où il a été appliqué, c’est un fiasco. Un autre chemin est possible.
1.-LIVRET-ContreProjet-Retraite.pdf

mardi 24 décembre 2019

Retraites : 7 milliards de cadeaux aux plus riches !

Pendant qu’il débite des mensonges contre les régimes spéciaux des petites payes, Macron créé un nouveau régime de retraites pour les grosses payes. C'est un somptueux cadeau supplémentaire fait au patronat : une somme supérieure à l’abolition de l’impôt sur la fortune. Et un beau trou dans la caisse de 7 milliards par an au total.
manifestation-reforme-retraites-paris-L-2.jpg Le nouveau régime spécial grosse paye. Dans la loi PACTE votée il y a quelques semaines, ceux qui cotiseront pour une retraite dans une assurance privée pourront déduire de leurs impôts le montant de leurs cotisations. Ce nouveau régime spécial payé par les contribuables sera en fait quasi obligatoire si les cadres veulent maintenir leur niveau de revenu à la retraite. Donc pour avoir de l’argent demain ils auront moins de pouvoir d’achat aujourd’hui. Une mesure qui va aggraver le ralentissement de l’activité économique. Pour compenser cette mauvaise affaire d’aujourd’hui, Macron fait un deuxième cadeau qui sera donné après-demain quand les heureux cotisants arriveront à l’âge de payer leur pension. En effet il a décidé que les pensions acquises de cette façon seront dispensées d’impôt pour 70 % de leur montant. Encore un cadeau à la charge de l’ensemble des contribuables.

Lire la suite...

lundi 23 décembre 2019

Réforme des retraites: Un pactole de 24 milliards dès 2024 !!!

manifestation-retraites-5.jpg
Le déficit des retraites a été artificiellement creusé par la décision du gouvernement, contraire au principe fixé par la loi Veil de 1994, de faire peser sur le budget de la sécurité sociale les dépenses extraordinaires prises pour apaiser les gilets jaunes sans que l'Etat ne les compense. Quand bien même, ce déficit n'a rien d'inéluctable : il pourrait non seulement être ponctuellement allégé par les réserves prévues à cet effet, mais surtout compensé durablement grâce à plusieurs milliards de nouvelles recettes disponibles dès 2024.
En l'occurrence : que les fonds de la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), créée en 1996 pour gérer le remboursement de la dette de la sécu, pourraient amplement financer les retraites. La Cades, alimentée pour moitié par un impôt spécifique (la Contribution pour le remboursement de la dette sociale, ou CRDS), et pour l'autre par une fraction de la CSG, n'aura plus de raison d'être au plus tard en 2024, sitôt le dernier euro remboursé aux marchés. Mais ses recettes, elles, existeront toujours, à la seule condition de prolonger la CRDS, censée disparaître avec l'expiration de la dette sociale. Entre la CRDS et la CSG, c'est une grosse vingtaine de milliards que l'Etat pourra tout à coup utiliser .

Lire la suite...

samedi 14 décembre 2019

Chronique d'un naufrage annoncé

charlemagne.jpg
Après avoir coûté un million d'euros, ne jamais avoir pu être rentabilisé, mais avoir provoqué la faillite de tous ceux qui voulaient en prendre la gestion, Le charlemagne va encore coûté 60000 euros! Il serait temps de reconnaitre ses erreurs, arrêter de financer un gouffre sans fond et le revendre au plus vite pour en stopper l' hémorragie financière. La légèreté des propos tenus par les dirigeants de la communauté de commune sont à l'image du manque de respect qu'ils témoignent aux habitants qu'ils représentent. N'oubliez pas qu'en mars prochain, vous aurez le pouvoir de les sanctionner.

Lire la suite...

Retraite: Une arnaque inaperçue

Les cadres ne cotiseront plus au-delà de 3X le plafond du SMIC. Mais la cotisation patronale tombe aussi. Ca fait plusieurs milliards en moins dans les caisses des retraites et entre 2 et 4 milliards de cadeaux aux patrons. Un gros cadeau aux riches qui explique la satisfaction du MEDEF à cette réforme que Delevoye, haut-commissaire à la réforme du système de retraite, aux ordres des "complémentaires", a taillé pour eux.
Pour les autres, voilà une simulation qui laisse à réfléchir si comme il l'a été évoqué la valeur mystérieuse du point serait de 10 euros:
retraitea_ptsB.JPG
20191210_155328.jpgRetranchés dans la permanence de la député "Les républicains", volet baissé et barreaux aux fenêtres, lors du passage de la manif du mardi 10 décembre, on comprend facilement de quel côté penchent nos chers élus, dont on ne voit pas le bout du nez depuis le début du mouvement anti- retraite. Preuve que leur seul regret est de ne pas avoir pu mener à bien leur basse-œuvre en 1995. Leur hypocrisie est ici dévoilée. Manif du 1O décembre, où aucune violence ni dégradation ne furent à déplorer...Peut être parce que la présence policière était fort discrète.
1O1219A.jpg
"Je ne me vois pas dire à mes enfants: Je partirai à la retraite, peut-être, à l'âge de 62 ans, mais vous, débrouillez vous, et vous travaillerez jusque 70ans."
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT

vendredi 6 décembre 2019

OUI A LA VIE, NON A MACRON !

5_decembre19.jpg
La lutte est un éternel recommencement. Aujourd'hui comme hier et demain encore, seuls ceux qui bougent feront bouger les choses. En ce 5 décembre glacial, 5000 manifestants ont envahi la ville pour crier leur opposition à la reforme de Macron voulant instaurer la retraite à point. Un système que la Suède après l'avoir expérimenté a du abolir car il précarisait les plus modestes.

Lire la suite...

vendredi 29 novembre 2019

Marché de Noël

Marche_de_Noel.jpgÀ y regarder de près, l’affiche détaillant les animations proposées lors du typique et attendu marché de Noël du 07 décembre prochain à Hierges constitue un parfait exemple de l’éclectisme de notre époque, où le passé, véritable, transformé, fantasmé, est convoqué mouliné comme sujet de divertissement et faire valoir du savoir faire : Village médiéval, Maison du Père Noël, Costumés Vénitiens, Animation musicale, Retraite aux flambeaux jusqu’au château…Télescopage aléatoire des époques, des lieux, des rites commémoratifs, des traditions, etc.

Lire la suite...

jeudi 21 novembre 2019

Jacques Pirenne dans le miroir du père

Miroirs.jpgEn août 2019, VRG exhumait un interview de l’historien, orientaliste, et châtelain de Hierges, Jacques Pirenne (1901-1972), réalisé selon toute hypothèse en février 1957 par La Libre Belgique.
Comme suite, nous présentons aujourd’hui un entretien, organisé à l'initiative du même périodique, entre le journaliste et écrivain Jo Gérard et Jacques Pirenne, consacré à Henri Pirenne (1862-1935), auteur en particulier d’une Histoire de Belgique en sept volumes et d’un essai important publié posthumément en 1937, Mahomet et Charlemagne, approfondissement de l’article du même nom paru en 1922.

Lire la suite...

lundi 11 novembre 2019

ELECTIONS : ATTENTION AUX PROMESSES !!!

NDC.JPG
voici ce que les élus de VIREUX MOLHAIN de 1986, malheureusement disparus, disaient sur l'avenir du village dans un journal sur la construction de CHOOZ B qui devait être la panacée pour notre secteur ; quand est -il aujourd'hui ou sont les 2400 habitants ou sont les 8 classes primaires malgré plusieurs lotissements à la Montagne des Vignes et dans la Campagne ; qu'est ce qui a été fait depuis les deux derniers mandats ( 12 ans) du conseil actuel pour enrayer cette situation mis à part l'embellissement de VIREUX MOLHAIN et organiser les fêtes et réceptions, ou sont les bâtiments usines relais qui devaient être fait sur la zone sud et qui devaient créer des emplois à titre indicatif au dernier recensement la population locale est de 1674 habitants comment ne pas s'étonner de la disparition des services publics !! (gare,poste, gendarmerie déclassée ) et la disparition des commerces et agences bancaires notre village ce meurt et il est grand temps de se réveiller !! attention aux futures candidats des prochaines élections municipales de ne pas faire des promesses qu'il sera difficile de tenir

Lire la suite...

vendredi 8 novembre 2019

No comment....par Philippe Vermeersch

FCA.jpg
pour info photos prises le 15/9/2019, journée ensoleillée, entre 19h30et 19h45.No comment !!!!!

Lire la suite...

jeudi 7 novembre 2019

Tournicoti, tournicoton,

rond_point.jpg
« L’acte ne réussit jamais si bien qu’à rater » (Jacques Lacan)

Dans le théâtre classique, une pièce compte cinq actes. Dans le théâtre moderne, il n’y a pas à proprement parler de règle et une pièce peut compter un seul acte, ou autant que l’auteur le décide, ou le nombre qu’il se voit dicter par la pièce elle-même.
Dans la tragi-comédie des Gilets jaunes, l’acte 51 - ainsi désigné par les chaînes d’information et les manifestants eux-mêmes - vient d’être joué et rien ne dit qu’il sera le dernier, même si le nombre de personnages décroît à chaque représentation. À titre de comparaison, les commentateurs du théâtre politique indiquent qu’Emmanuel Macron entamerait avec la réforme des retraites l’acte II de son mandat (la durée de l’acte I étant en-soi, et à contrario de celle des actes des manifestants, gage de sérieux) et qu’il aimerait voir se terminer la « séquence » (de ce fait susceptible de ne retenir l’attention qu’un court moment) des gilets jaunes.
La tragédie, ce sont les morts et les blessés, dont la responsabilité incombe essentiellement à l’Etat et à sa doctrine du maintien de l’ordre à la schlague. La comédie, c’est la répétition sans fin du même acte en raison d’un message inarticulé du fait d’une protestation se voulant rassembleuse, et donc apolitique. Cet angélisme traditionnellement favorable aux partis conservateurs profite au Rassemblement National qui prospère derrière le rideau avec d’autant plus de facilité et d’efficacité que ses idées ne sont pas combattues, et que ses calamiteux débatteurs s’abstiennent de les porter.

Lire la suite...

mardi 22 octobre 2019

Greta Thunberg ou la fin des haricots

greta_Thunberg.jpgA écouter les journalistes estampillés BFM TV, LCI et autres CNEWS, s’exprimer sur Greta Thunberg à l’occasion de sa venue en France, on se serait cru revenu, l’espace d’un instant, à ce jour de février 1976 lorsque Roger Gicquel avait ouvert son journal télévisé par cette formule : « La France a peur ». Là s’arrête la comparaison entre un journaliste qui avait assorti sa constatation d’un appel à la raison et des professionnels de la surenchère médiatique suscitant l’inquiétude pour faire de l’audience au point de modifier la règle énoncée par Godwin (qui veut qu’un débat, s’il dure, a de fortes probabilités de déboucher sur une évocation des nazis ou d’Adolf Hitler lui-même) en assénant d'emblée : « Ça fait peur…c’est le retour du fascisme en Europe…c’est un endoctrinement digne de la Hitlerjugend… », écho des énoncés simplistes et tirés par les cheveux inondant la toile dont est emblématique le tweet d’un certain – çà ne s’invente pas – Ze New Bigoudi : « Vous croyez que Lénine, Staline, Hitler ou Castro n’ont jamais eu 16 ans ? Vous pensez qu’à 16 ans ils étaient doux comme des agneaux ? Vous pensez que juste parce qu’elle a 16 ans, Greta Thunberg n’a pas l’étoffe des tyrans ? Regardez ses vidéos ». Propos qui ne sont pas éloignés de ceux tenus par des députés de la droite conservatrice lors de la réception de Greta Thunberg à l’Assemblée Nationale le 23 juillet 2019 : « Pour lutter intelligemment contre le réchauffement climatique, nous n’avons pas besoin de gourous apocalyptiques, mais de progrès scientifiques et du courage politique » (Guillaume Larrivé. LR). « Je respecte la liberté de penser…mais ne comptez pas sur moi pour applaudir une prophétesse en culottes courtes, Prix Nobel de la peur. La planète, oui. Le greenbusiness, non » (Julien Aubert. LR). « Oui à la lutte rationnelle contre le réchauffement climatique. Non à l’infantilisation obscurantiste, la moraline (sic) et la terreur par la peur. Greta Thunberg invitée des QAG (Questions d’actualité au gouvernement) : l’Assemblée se couvre de ridicule. L’écologie a besoin de savants pas d’une ado manipulée » (Jean-Louis Thériot. L.R).

Lire la suite...

mardi 1 octobre 2019

De quoi les réactions à la condamnation des Balkany sont-elles le signe ?

Liberty_for_Balkany.jpeg

Il n’est jamais réjouissant de voir quelqu’un disparaître derrière les murs d’une prison, fût-il Patrick Balkany. Mais, le spectacle donné au dehors par son épouse Isabelle ressuscitée, elle-même condamnée mais dispensée d’emprisonnement en raison de son état de santé, tempère quelque peu ce sentiment.
La décision de justice est fondée, ses motivations sont précises et argumentées. Or, elle fait l’objet d’une contestation de la part de Levalloisiens hostiles, mais aussi, à mots couverts, d’une partie de la classe politique, comme si elle était inique, à tout le moins trop sévère. L’instruction, ou plutôt les instructions puisque les époux Balkany répondent devant plusieurs juridictions, ont mis au jour l’existence dans la durée d’un système reposant sur le clientélisme, la corruption, et un fort endettement de la ville (4 fois supérieur à la moyenne des villes de la même strate), prix à payer par les générations futures pour le confort dont bénéficient aujourd’hui des habitants pleins de gratitude pour leur maire, prompts à vilipender par ailleurs l’accroissement de la dette française. Le fait que le jugement corresponde aux réquisitions ne devrait en l’occurrence ni étonner, ni scandaliser. Pas plus que la mesure d’incarcération immédiate de Patrick Balkany, compte tenu des moyens financiers dont il dispose pour se soustraire éventuellement à sa peine et de ses déclarations passées laissant planer un doute sur son acceptation d’une condamnation à de la prison ferme.

Lire la suite...

lundi 30 septembre 2019

Linky-Conférence débat dans les Ardennes par le collectif Berthelot

Bonjour à tous, Pouvez-vous, s'il vous plaît, partager ces informations sur les réseaux sociaux? Merci. Anne.

Une conférences-débats sur les compteurs Linky, a eu lieu le Mardi 6 août à Boult-aux-Bois Ardennes, avec Stéphane Lhomme. Le résumé de cette conférence se trouve ici : https://lharmoniedardew.fr/conference-debat-stephane-lhomme-boult-aux-bois-ardennes/ https://www.facebook.com/harmoniedardwen/?ref=page_internal

924 communes refusent les compteurs linky : https://www.facebook.com/1528983207419367/posts/2358593941124952/

Le résumé de l'association PRIARTEM : https://www.priartem.fr/IMG/pdf/Newsletter_PRIARTEM_30_sept_2019.pdf

Les infos de ALERTE Phonegate au parlement européen, au sujet des DAS des téléphones et de la 5G : https://www.change.org/p/en-signant-vous-prot%C3%A9gez-la-sant%C3%A9-de-millions-d-utilisateurs-de-t%C3%A9l%C3%A9phones-portables/u/25123479

lundi 16 septembre 2019

Un arrêté qui vous veut du bien

pesticides_village.jpgImitant Daniel Cueff, des maires prennent des arrêtés pour interdire l’épandage de pesticides sur le territoire de leur commune ou fixer une distance par rapport aux habitations supérieure à celle de 5 à 10 mètres recommandée par les fabricants et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Et cela, bien que l’arrêté du maire de Langouët instaurant une distance de 150 mètres ait été annulé par le Tribunal administratif de Rennes à la suite d’une saisine de la préfète d’Ille et Vilaine au motif que seul le ministre de l’agriculture a pouvoir de réglementer en la matière.

Lire la suite...

- page 1 de 63