Vireux Rive Gauche

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 13 juillet 2020

D'un château l'autre

vente_du_chateau_de_hierges.jpg
Les Hiergeois ont été informés par la municipalité de la mise en vente du château de Hierges. Son propriétaire, Serge de Witte de Haelen, se serait résolu à s’en séparer après avoir consacré six ans à le conforter et l’embellir, à organiser visites et événements qui avaient trouvé leur public. Ce n’est pas une bonne nouvelle.
Alors que d’autres se seraient servis de ce patrimoine, Monsieur de Witte l’a servi. La différence est de taille. Il faut plusieurs générations pour faire un homme éduqué (il n’est pas là question de classes, le monde ouvrier s’est longtemps caractérisé par la transmission d’une authentique culture et de valeurs), et Serge de Witte a poursuivi, avec le réaménagement des communs et du parc avec fontaines et bassins, l’œuvre de son oncle Didier qui avait acheté en 1988 le château acquis par Jacques Pirenne en 1931. Fidélité familiale et continuité entre gens de culture.

Lire la suite...

samedi 11 juillet 2020

Reggiani chante "Robespierre"
















Suit le discours de Maximillien Robespierre contre la peine de mort du 30 mai 1791

Lire la suite...

mardi 30 juin 2020

Le fond de l'air effraie

Ruban_de_mise_en_berne.jpgLe deuxième tour des élections municipales a eu lieu ce dimanche 28 juin dans 4820 communes, principalement des villes moyennes ou métropoles, là où le résultat n’était pas acquis au soir du 15 mars 2020. En dépit de l’abstention, la démocratie y regagne un peu de ce qu’elle a perdu 3 mois auparavant. Un peu seulement parce que le coronavirus et la décision de maintenir le premier tour n’ont pas été seuls à mettre à mal son exercice, en particulier en zone rurale, là où on a coutume d’accuser l’Etat de tous les maux et tendance à s’affranchir du respect des règles de droit.
L’abstention, qui n’est globalement pas la manifestation d’un incivisme mais la réponse d’un corps électoral las d’être courtisé mais jamais entendu, progresse scrutin après scrutin. Le recul déjà observé du nombre de listes en présence dans les petites communes se confirme, et les élus au premier tour le sont de plus en plus souvent faute d’alternative. La crise de la représentation n’affecte pas les seules élites, elle atteint jusqu’aux édiles des plus petites collectivités locales.

Lire la suite...

samedi 20 juin 2020

Statues renversées contre statu quo mémoriel

Colbert.jpgQuand un ancien premier ministre français déclare que la lutte entre les races a remplacé la lutte des classes, il énonce un fait qu’il conviendrait d'expliciter. Car la lutte entre les races est aussi une conséquence de la lutte des classes, tout aussi actuelle, orchestrée par les plus riches, comme le reconnaissait Warren Buffet en 2006 : « c’est ma classe, les riches, qui a déclaré cette guerre et c’est elle qui est en train de la gagner ». Et cette classe, aux Etats-Unis et en Europe est presque exclusivement blanche.
Quand des activistes anti-racistes déboulonnent la statue de Colbert, ils se trompent de stratégie (il est préférable d’expliquer en s’immergeant dans les mentalités antérieures) et commettent un délit, mais ils replacent la question de l’esclavage et celle de la colonisation dans le débat et invitent (parfois malgré eux) à établir des liens entre la lutte des classes menée pour accaparer les fruits de l’activité et la lutte des races menée pour s’assurer le contrôle des richesses naturelles et des débouchés.

Lire la suite...

lundi 18 mai 2020

Être frugal ou ne plus être

l_homme-amazon.jpg

« Il semble aujourd’hui que nous soyons enfermés dans un dilemme. Le gigantesque accroissement de perfection technique, de richesses matérielles, de moyens d’exploiter la terre, paraît devoir être fatalement équilibré par une diminution de la valeur de la personne. Ce dilemme est inacceptable. »
Daniel-Rops, Ce qui meurt et ce qui naît'

Boris Cyrunlnik veut croire que la pandémie de coronavirus va déboucher sur un changement de modèle de société plus respectueux de la nature parce que l’espèce humaine y serait désormais contrainte pour sa survie. Ce constat est à la fois lucide et trop optimiste.

Lucide parce que se résoudre à changer n’intervient jamais chez l’homme qu’à la dernière extrémité, si tant est que cela se puisse encore, comme chez ces français dont Churchill disait « qu’ils choisissent toujours la bonne solution après avoir épuisé toutes les autres ». Sa pente naturelle, c’est l’épuisement. Epuisement de ce qui l’entoure, la nature et ses ressources, les autres, épuisement de soi, épuisement poursuivi sans relâche pour n’avoir pas à regarder en face sa propre finitude. Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement, écrivait La Rochefoucauld. Pas plus que le temps. Les hautes herbes retrouvées grâce à l’interdiction d’utiliser débroussailleuses et souffleurs là où d’habitude on rase « pour faire propre » (parfois au mépris des directives préfectorales), c’est le retour de la nature et du temps que nous ne réduisons pas. bas-cotes.jpgInsupportable pour beaucoup. La temporalité et la biodiversité vont donc faire les frais de l’empressement des nouveaux élus à satisfaire une clientèle électorale (Mon village est dégueulasse ! vitupère le chancre du lieu) assimilant habituellement les herbes sauvages (mauvaises, folles...) au microbe alors que cette obsession de la propreté renvoie inconsciemment au nettoyage d’une souillure intérieure.

Lire la suite...

jeudi 7 mai 2020

Vincent Lindon, lucide et sans pitié pour la Macronie


Un appel de Vincent Lindon: «Comment ce pays si riche…»

Le comédien a confié à Mediapart une longue réflexion, lue face caméra chez lui, sur ce que la pandémie révèle du pays qui est le nôtre, la France, sixième puissance mondiale empêtrée dans le dénuement (sanitaire), puis le mensonge (gouvernemental) et désormais la colère (citoyenne). Un texte puissamment politique, avec un objectif: ne pas en rester là.

Lire la suite...

mercredi 6 mai 2020

L'inattention au vivant

la_croisade_de_Geoffroy_de_Roux_de_Bezieux.jpgLes pays les plus avancés dans la mise en œuvre des politiques pour la transition écologique et la protection de l’environnement sont aussi ceux qui gèrent le mieux la crise sanitaire et comptent le moins de décès. Rien que de très logique puisque la sensibilisation aux milieux naturels s’accompagne d’une manière générale d’une attention au vivant. Cette attitude n’est pas celle du patron des patrons français qui demande l’abandon des mesures à mettre en œuvre par les entreprises dans le cadre de la transition écologique. Ce qui ne devrait étonner personne puisque la radicalisation libérale du Medef, sorte de Tea Party à la française, n’est plus à démontrer depuis l’élection d’Ernest Antoine Seillière, puis de Pierre Gattaz, et enfin de son actuel président, Geoffroy Roux de Bézieux, à la différence près que s’il s’oppose comme son inspirateur américain à l’accroissement des dépenses gouvernementales pour la protection sociale et s’efforce d’obtenir la réduction des acquis sociaux, il ne trouve rien à redire aux dépenses de l’Etat pour soutenir le système financier et relancer l’économie.
La culture du grand patron français - comme celle du gros céréalier glyphosateur qui gobe les aides de la Pac -, c’est la privatisation des profits (les entreprises françaises cotées reversent à leurs actionnaires au détriment de l'investissement des dividendes plus importants que ceux versés par leurs homologues allemandes, tandis que la hausse de la rémunération de leurs dirigeants s’accélère et que le salaire des employés stagne), la mutualisation des risques et pertes. Système hybride empruntant à l'économie de marché néo-libérale et à l'économie socialiste planifiée au bénéfice exclusif d'un archéo-patronat.

Lire la suite...

mardi 28 avril 2020

Prévoir, c'est gouverner

l_envers_du_masque.jpgIl fut un temps où la France pouvait disposer d’un stock de masques fabriqués par la société Bacou-Dalloz dans son usine de Plaintel dans les Côtes d’Armor, dont la capacité de production de 180 millions de pièces par an pouvait être portée à 220 millions en cas de crise sanitaire. En 2005, en raison des craintes suscitées par la grippe H1N1, le gouvernement représenté par son ministre de la santé, Xavier Bertrand, avait signé un protocole d’accord par lequel l’Etat s’engageait à commander plusieurs millions de masques par an. De janvier 2009 à septembre 2010, 160 millions de masques FFP2 furent ainsi été livrés à l’Etat…avant qu’il ne se désengage, alors que Roselyne Bachelot était désavouée pour avoir commandé masques et vaccins en grande quantité devant le risque de propagation du virus H1N1.
Avec la chute des commandes, le groupe Bacou-Dalloz, devenu Sperian, fut mis en difficulté et racheté en 2010 par l’américain Honeywell. S’ensuivit, en 2011, la suppression de 43 emplois, puis de nouveaux plans de licenciement, et enfin en 2018, la fermeture du site de Plaintel, la destruction des chaînes de production, et la délocalisation à Nabeul en Tunisie, sans que le ministre de l’économie, Bruno LEMAIRE, pourtant interpellé par les syndicats et les élus locaux, juge indispensable du point de vue de la sécurité sanitaire, le maintien d’une production en France.

Lire la suite...

lundi 27 avril 2020

le 27 avril 1848, abolition de l'esclavage !

Blackproud.jpgLe premier décret d'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises est voté par Robespierre et les membres de la Convention, le 4 février 1794 (le 16 pluviôse de l'an II). Le texte prévoit une abolition de l'esclavage dans les colonies françaises sans indemnisation des propriétaires.
Par la loi du 20 mai 1802, Napoléon Bonaparte rétablit l'esclavage et permet aux négriers français de recommencer leurs expéditions.
En Guadeloupe, en mai 1802, une partie des soldats noirs se rebella. L'insurrection fut écrasée. On estime que près de 4 000 personnes furent tuées entre mai et décembre 1802, Le 17 juillet 1802, le général Richepance publia un arrêté qui refusait aux gens de couleur de porter le titre de citoyens, qui replaçait les cultivateurs dans une servitude complète et qui supprimait les salaires aux cultivateurs.Le rétablissement légal de l'esclavage fut publié le 14 mai 1803 et la Guadeloupe revint dès lors au régime antérieur à 1789.
Le 27 avril 1848, le gouvernement de la République française issu de l'éphèmére révolution de février de la même année publiait un décret par lequel il abolissait l’esclavage dans les colonies françaises.
Le décret d’abolition d’avril 1848 est rédigé par Victor Schoelcher, sous la tutelle du ministre de la Marine, François Arago.. En compensation de la perte de leurs esclaves, les planteurs reçoivent du gouvernement français une indemnité forfaitaire...

Et comment ne pas avoir une pensée émue pour cette liberté arrachée par les Haïtiens…..

Lire la suite...

mercredi 22 avril 2020

Liberté d'empoisonner

1151135280.jpgDe mars à septembre 2018, Loïc Prud'homme, député France insoumise préside une commission d'enquête parlementaire sur l’alimentation industrielle : qualité nutritionnelle, rôle dans l’émergence de pathologies chroniques, impact social et environnemental de sa provenance. Le rapport de cette commission a abouti en février 2019 à l'adoption d'une loi, initialement destinée à protéger la population contre la malbouffe, mais largement amputée par la majorité présidentielle (LREM). En effet, ne reste comme mesure principale que l'affichage du Nutri-score sur la publicité. L'association foodwatch dénonce la suppression d'un article prévoyant l'interdiction de la publicité et du marketing à destination des enfants pour leur donner envie de manger des aliments trop sucrés, trop gras et/ou trop salés.
Il suffit de voir comment le gouvernement fait l'impossible pour retarder l'interdiction de l'utilisation du glyphosate pour comprendre de qui il défend les intérêts.
La "société d'après le coronavirus", cher à tous nos politiques, c'est peut être aussi rendre abordable une meilleure alimentation pour tous en cessant de préférer les intérêts des lobbies agro-alimentaires aux intérêts de la santé publique. "La vie après le 11 mai ne sera pas la même" Cette affirmation d' Edouard Philippe, malheureusement sonne à nos oreilles comme une interrogation qui en appelle une autre: Pourquoi serait elle différente ?

mardi 21 avril 2020

L'art de mourir à la française

Vieillir_tue.jpgLa marquise de Sévigné conseillait à sa fille le bouillon de vipères « pour déboucher puissamment tous les conduits du cerveau ».
Cette recommandation, elle la ferait peut-être aujourd’hui aux personnes âgées de 65 à 80 ans qui refusent d’être confinées plus longtemps pour leur sécurité, alors que la génération précédente, celle qu’emporte le coronavirus dans les EPADH, fidèle à sa jeunesse au sortir de la guerre, parfois zazou, quelque fois existentialiste, avant tout gaie et laborieuse, ne se plaint, ni ne réclame. Car les jeunes hédonistes des années 60, privés de sorties depuis un mois, oublieux de ceux qui assistent jour après jour les malades avec la hantise d’être contaminés et de transmettre à leur tour le virus à des proches, et de ceux qui, privés de toit, n’ont pas la chance de pouvoir se confiner, n’envisagent pas de rester assignés dans leur pavillon avec jardin, et le font savoir : « J'ai le droit aussi...Je m’ennuie... » Le message de ces électeurs-consommateurs a été entendu, puisque le Président de la république a fait savoir que « les seniors ne seraient pas discriminés lors du déconfinement ».
Tandis que soignants, transporteurs, commerçants, policiers, réserve civile, simples bonnes volontés, empêchent que le monde se défasse, Ils vont donc pouvoir recommencer de refaire le monde autour d’un verre à une terrasse de café ou à une table de restaurant (dès le 11 mai si la date est maintenue), et porter l’art de mourir à la française à un degré de perfection qui devrait réjouir Xavier Bertrand, pour qui la réouverture de ces établissements est une priorité. Au risque d’engorger à nouveau les hôpitaux et de propager le virus. Confusion et perte de repères affectant le cerveau dont n’est pas responsable le coronavirus.

Lire la suite...

samedi 18 avril 2020

Repiqure de mémoire...pour les macronistes

remember.jpg
Le PIB a chuté de 8%....Vous vous rappelez le projet de réforme de macron sur les retraites?
La valeur du point est indexé sur le PIB !
….Bizarre, on entend plus aucun copain à Macron en ce moment...bizarre, bizarre...comme c'est étrange….. ;-)))
Paraitrait même que cette merveilleuse loi anti sociale,victime du coronavirus aurait du plomb dans l'aile...Certainement la faute de Mélenchon rien que pour nuire à Macron, dit on en milieu autorisé à penser.

mardi 14 avril 2020

"A bas les masques !"

Depuis quand le patronat proposerait il des mesures en faveur des salarié-es? La crise du coronavirus, loin d'être à son terme, il demande déjà qu' à la fin du confinement , les salariés travaillent plus, sacrifient une partie de leurs congés payés avec dans son viseur la suppression des 35 heures/semaine, de la 5ème semaine de congés payés et la fin des RTT, pour financer le manque à gagner cumulé pendant cette épidémie si mal gérée par un gouvernement ultra-libéral? Une crise sanitaire engendrée par la destruction programmée des services publics au profit du secteur privé que le patronat voudrait exclusivement faire payer aux travailleurs ! Bientôt, l'heure ne sera plus à applaudir benoitement à sa fenêtre mais à redescendre tous ensemble dans la rue pour combattre la plus grande récession sociale jamais planifiée. SOYONS VIGILANTS ET PRÊTS A SE MOBILISER AVEC LA FRANCE INSOUMISE ET LA CGT POUR LA DEFENSE DES CONQUIS SOCIAUX !
Le patronat se sert de la crise du coronavirus comme un prétexte odieux, auquel seul les idiots adhéreront, pour détruire plus facilement encore notre système social au profit des seuls intérêts du capitalisme.

lundi 13 avril 2020

Robespierre ou la fabrication d'un monstre


Robespierre ou la fabrication d'un monstre par la bourgeoisie naissante pour étouffer la vertu des idéaux révolutionnaires et couronner les vices d'une nouvelle classe dirigeante capitaliste cupide et corrompue,
Les Girondins l'avaient anticipé en préférant à la devise nationale "LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE", cette autre funeste devise: "LIBERTE-EGALITE-PROPRIETE".
Les élus bourgeois dans une assemblée élue par un scrutin censitaire avaient tous applaudi à l'apparition du calendrier républicain….car le dimanche, jour férié ne revenait plus que tous les dix jours…..Merci à FABRE d' Eglantine, "saint patron du MEDEF" qui ne faisait pas que compter les moutons . C'est cette même bourgeoisie menée par ce porc de Thiers qui vendra la France à Bismarck en 1870 par peur des mouvements ouvriers menaçant d'instaurer une république sociale !

mardi 7 avril 2020

REMERCIEMENTS

Ci dessous un message de remerciements à la demande de THIERRY BUFFET et de sa cousine habitant THIONVILLE à l'attention de Mr BOUTTEMANT de VIREUX MOLHAIN ; cette personne fabrique des visières qui permettent de protéger du COVID 19

Bonjour Alain

Je te remercie de mettre ce petit commentaire sur Vireux Rive Gauche. Un appel téléphonique a permis de mettre en relation Sébastien Bouttemant de Vireux Molhain et une de mes cousines, médecin à la retraite dont la famille est originaire de Vireux Molhain. Cette dernière recherchait des visières pour l'hopital de Thionville. Malgré le manque de matière un premier lot de visières vient d'être expédié. Je me fais ici le porte parole de ma cousine et des soignants de l'hopital de Thionville qui remercient Monsieur Bouttemant pour sa réactivité et son altruisme. Merci Monsieur.
A bientôt.
Thierry

samedi 4 avril 2020

Décès de Madame Odette Mignolini

rose.jpgMadame Odette Mignolini s’est éteinte le 31 mars à l’hôpital de Manchester à Charleville-Mézières, victime du coronavirus. Institutrice à la retraite, elle résidait toujours à Aubrives où elle avait longtemps animé un atelier théâtre, œuvré pour la tenue de concerts, entre autres de jazz, organisé des projections de cinéma et des expositions de peintures et sculptures, notamment en collaboration avec le sculpteur aubrivois, Georges Favaudon.
Elle s’était engagée également auprès de l’ASMUP, avec l’efficacité et la discrétion qui la caractérisaient. Personne d’une rare élégance morale, elle laissera aux élèves qui ont eu la chance de l’avoir pour institutrice, à tous ceux qui l’ont côtoyée, le souvenir d’un être tourné en permanence vers les autres. Elle aurait sans doute acquiescé simplement aux mots de Georges Favaudon :
« Vivez pour rien et pour tout
Et surtout,
Ne vivez pas pour vous »
A sa famille, nous présentons nos plus sincères condoléances.

vendredi 3 avril 2020

Le Cauchemar pour les TPE, le boom du commerce en ligne !

info.jpgLes compagnies d’assurance ont déjà annoncé une contribution de 200 millions d’euros.(1milliard d'euros serait nécessaire, selon un syndicat de TPE). Les mesures annoncées sont donc bien insuffisantes.
Sont concernés par cette aide pouvant aller jusqu’à 1 500 €, les TPE, indépendants, micro-entrepreneurs et professions libérales qui ont 10 salariés au plus, qui font moins d’1 million d’euros de chiffre d’affaires ainsi qu’un bénéfice annuel imposable inférieur à 60 000 euros et qui subissent une interdiction d’accueil du public, même s’il y a une activité résiduelle telle que la vente à emporter, la livraison et les retraits de commandes, « room service » ; ou qui connaissent une perte de chiffre d'affaires d’au moins 50 % au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019. Pour les situations les plus difficiles (impossibilité de régler les créances exigibles à 30 jours et refus de prêt de trésorerie), un soutien complémentaire de 2 000 € pourra être octroyé aux entreprises qui ont au moins un salarié pour éviter la faillite au cas par cas. Dès le mardi 31 mars, toutes les entreprises éligibles ayant fait l’objet d’une fermeture administrative ou ayant subi une perte de chiffre d’affaires de plus de 70 % en mars 2020 par rapport à mars 2019(CA inférieur à50% réclamé par le même syndicat des TPE) pourront faire une simple déclaration sur le site des impôts - impots.gouv.fr - pour recevoir une aide allant jusqu’à 1 500 €. Cette somme sera défiscalisée.

Lire la suite...

Piqure de rappel...APPLAUDISSEZ!

santemalade.JPG
Depuis 1992, selon le rapport Larcher, ce sont plus de 100 000 lits de supprimés dans les hôpitaux !

Lire la suite...

jeudi 2 avril 2020

La peste soit des épidémies

Porte_et_clou_avec_croix_de_la_chapelle_St_Roch_de_Fumay._Detail.jpgLes épidémies n’ont pas attendu l’actuelle mondialisation pour sauter les frontières. Pour l’époque moderne (l’Antiquité a connu ses empires-mondes constitués par parties des territoires connus où circulaient capitaux, marchandises, et virus), la première mondialisation a vu Lisbonne, Séville, Anvers, devenir, dès 1498, les centres des échanges avec le nouveau monde, échanges qui ont eu pour conséquences la destruction de 55 millions d’Amérindiens, décimés par les bactéries apportées par les conquistadors européens, et la disparition de leur civilisation.
Les sociétés n’ont pas patienté jusqu'à ce qu'on théorise pédantesquement l'ancestrale explication des malheurs du monde par le complot pour désigner comme responsables des épidémies après le lépreux, l'asiate ou le juif... aujourd’hui, chinois de Belleville ou juif forcément riche (revitalisation des vieux stéréotypes et préjugés antisémites), comme l’illustrent dans le contexte de la pandémie de coronavirus les agressions verbales et physiques commises sur le premier et les mises en accusation sur internet du second. Yves Levy, médecin immunologiste et président de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) entre 2014 et 2018, en fait les frais, faussement accusé d’avoir empêché le recours à l’hydroxychloroquine pour combattre l’épidémie. Au surplus, le fait qu'il soit aussi l'époux de l'ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, n'est certainement pas étranger à la surenchère complotiste.

Lire la suite...

mardi 31 mars 2020

« Tu vas te battre » – poème internationaliste de Marcel Martinet


Marcel Martinet est né le 22 août 1887, à Dijon. Il fait ses études à l’Ecole Normale Supérieure il fait partie des rares à s’opposer à la première guerre mondiale. Il meurt le 18 février 1944, à l’âge de 56 ans.
Le poème Tu vas te battre, écrit en juillet 1914, est tiré du recueil Les Temps Maudits, qui circulait clandestinement pendant la guerre. Ce poème dénonce de manière poignante la tragédie du carnage impérialiste, qui a vu s’entretuer des travailleurs de différents pays pour le compte des capitalistes.

Lire la suite...

- page 1 de 65